Illustration/les policiers lors d'une manifestation de la population contre l'insécurité dans la ville de Goma

Plusieurs dizaines de personnes ont manifesté, ce mardi 12 mars, devant le bureau de la chefferie de Bukumu, dans le groupement Munigi (nord de Goma), en territoire de Nyiragongo, pour exiger l'installation du chef coutumier Lebon Bakungu, reconnu par les autorités politico-administratives.

C'est depuis 6 heures locales que les habitants commençaient à affluer au bureau de la chefferie. Ils ont érigé des barricades sur la chaussée bloquant momentanément le trafic routier entre Goma et Rutshuru.

Selon Mambo Kawaya, président de la société civile du territoire de Nyiragongo, ces habitants exigent la fin de l’intérim à la tête de leur chefferie.

« C'est une action préparée et organisée par la population elle-même. Ça n'a pas été planifiée par la société civile. La population réclame l'installation du chef de la chefferie. Celui qui a l’arrêté et a été notifié par le gouverneur de province. Voilà pourquoi il y a une vive tension au niveau du bureau de la chefferie de Bukumu », renseigne-t-il.

La police est intervenue pour disperser les manifestants à coups des gaz lacrymogènes et des tirs de sommation.

« Le commandant district a lui-même largué des bombes lacrymogènes sur la population. Il y a eu même des tirs en l'air. Nous craignons qu'il y ait des arrestations et des blessés parmi les manifestants », ajoute Mambo Kawaya.

En avril 2016, le gouverneur Julien Paluku avait suspendu le Mwami Jean Bosco Butsitsi à la tête de la chefferie de Bukumu et confié l'intérim à Paul Murairi, en attendant les conclusions de la commission d'enquête sur les conflits coutumiers.

« Moi, j'ai déjà notifié le chef de Bukumu et il est connu. Et je ne me dédie pas, il s'appelle Lebon Bakungu. Il a l'arrêté du vice-Premier ministre. Il a la notification du gouverneur de province et celle du ministre provincial de l'Intérieur. Je n'en connais pas un autre. L'installation relève du ministre provincial de l'Intérieur », avait dit Julien Paluku répondant à une question d’ACTUALITE.CD au cours de sa récente conférence de presse à Goma.

D’après M. Paluku, c’est donc Lebon Bakungu qui, au-delà de la reconnaissance par les gardiens de coutume, est reconnu par les autorités étatiques comme chef de la chefferie de Bukumu.

Les acteurs de la société civile du Nord-Kivu demandent l'implication personnelle du président de la République, Félix Tshisekedi, dans la résolution de la crise à la tête de la chefferie de Bukumu.

Jonathan Kombi

 

Catégorie