Shadary, Mova, Zoe et Jaynet Kabila au meeting du FCC / Ph. Christine Tshibuyi

L’ONG des droits de l’homme la Voix des Sans Voix (VSV) se dit choquée par la désignation du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Henri Mova Sakanyi, comme coordonnateur de la cellule de sécurité de l’équipe de campagne électorale du Front Commun pour le Congo (FCC).

Pour la VSV, Henri Mova, dans son rôle de garant d’un traitement équitable pour tous les candidats présidents, ne peut pas s’aligner dans l’équipe de campagne électorale du FCC, en faveur de Ramazani Shadary, candidat de la plateforme électorale du pouvoir lors de la présidentielle prévue le 23 décembre prochain.

«Les inquiétudes de la VSV sont d’autant plus grandes qu'une si importante personnalité appelée à garantir un traitement sécuritaire égal à tous les candidats présidents de la République, se voit descendre si bas pour intégrer l’équipe de campagne électorale d’un membre de sa famille politique au lieu de rester au-dessus de la mêlée, pour rassurer tous les autres candidats présidents de République quant à leur sécurité », s’alarme l’ONG dans un communiqué signé mercredi dernier.

La VSV réagit quelques jours après la mise en place de l’équipe de campagne du FCC qui comprend 48 cellules, en prélude aux élections attendues le 23 décembre 2018. En dehors de Henri Mova, plusieurs membres du gouvernement, notamment le Premier ministre Bruno Tshibala et le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, occupent également des postes-clés dans cette équipe de campagne.

L’opposition politique dénonce pour sa part « une prise en otage » des institutions du pays par la coalition au pouvoir.

Will Cleas Nlemvo

 

Catégorie