Meeting de FCC au stade Père Raphael

Après la mise en place de l’équipe de campagne du Front Commun pour le Congo (FCC), l’ONG des droits de l’homme, la Voix des sans-Voix (VSV), craint que la plateforme électorale du pouvoir fasse recours au fonds public pour financer sa campagne électorale.

La VSV voit d’un mauvais œil l’alignement de plusieurs membres du gouvernement, notamment ceux qui gèrent l’Etat et ses finances, dans l’équipe de campagne du FCC qui compte 48 cellules au total.

« Il est fort à craindre que les uns et les autres, saisissant la balle au bond, ne puissent se livrer à saigner à blanc les finances publiques, sachant bien que la propagande leur servira de prétexte pour justifier l’hémorragie financière (…) D’aucuns s’interrogent sur la garantie de transparence que nous donneraient bon nombre des membres du gouvernement et d’autres institutions occupant des postes clés et hautement stratégique, sur la distinction entre leurs avoirs personnels et les ressources humaines, matérielles et financières de l’Etat, lors de la campagne électorale », indique l’ONG des Droits de l'Homme dans son communiqué du mercredi 7 novembre 2018.

La VSV met en garde les membres du gouvernement ayant adhéré dans l’équipe de campagne du FCC contre tout usage abusif des ressources publiques en faveur de la candidature de Ramazani Shadary.

L’ONG interpelle particulièrement le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Henri Mova, d’être «au-dessus de la mêlée » afin de garantir un traitement équitable à tous les candidats notamment présidents de la République aux élections prévues le 23 décembre 2018.

Will Cleas Nlemvo

 

Catégorie