Breaking news

RDC: au moins 15 morts dans deux attaques de milices en Ituri
Lundi 17 janvier 2022 - 15:27
Les FARDC et les casques bleus malawites en patrouille dans le territoire de Beni
Les FARDC et les casques bleus malawites en patrouille dans le territoire de Beni

Au moins quinze personnes ont été tuées dimanche dans deux attaques distinctes menées par des milices en Ituri, province placée en état de siège du nord-est de République démocratique du Congo (RDC), ont indiqué lundi des sources locales et des observateurs.

Dans la localité de Mabanga, dans le territoire de Djugu, les miliciens "ont brûlé des maisons, pillé des boutiques et tué six personnes, dont quatre femmes", a déclaré à l'AFP Ngandjole Assani, responsable de la société civile locale.

M. Assani a accusé les miliciens du groupe armé Coopérative pour le développement du Congo (Codeco) d'être les auteurs de la tuerie: quand "ces miliciens Codeco sont entrés ici à Mabanga, il n'y avait aucun militaire (des) FARDC" (Forces armées de RDC, l'armée congolaise, ndlr), a-t-il déploré.

Plus au sud, dans le territoire d'Irumu, une coalition de miliciens de la Codeco et de la Force patriotique et intégrationniste du Congo (FPIC) a fait irruption dans le village de Kokonyangi/Mumu.

Jonas Lemi Zorabo, chef traditionnel de la zone de Babao-Bokoe, où est situé Kokonyangi/Mumu, a indiqué à l'AFP que "onze corps ont été découverts tandis que dix autres civils ont été blessés".

Les chercheurs du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST), présents dans la zone, ont de leur côté fait état de "neuf morts à Kokonyangi/Mumu".

Le porte-parole des FARDC en Ituri a confirmé ces deux attaques mais n'a pas souhaité donner d'autres détails.

La Codeco est un groupe armé structuré autour d'une secte religieuse en Ituri, où il prétend défendre les membres de la tribu Lendu contre l'armée de RDC et la tribu Hema. Ce groupe est accusé d'être à l'origine des violences qui embrasent cette région aurifère depuis fin 2017, après 20 ans d'accalmie.

D'abord sporadiques, ces violences se sont étendues et ont pris de l'ampleur en 2019, avec des factions communautaires structurées et bien armées, dont le FPIC.

Les provinces de l'Ituri et du Nord-Kivu sont placées en état de siège depuis le mois de mai, une mesure d'exception donnant plein pouvoir aux militaires.

Mais ni cette mesure ni les opérations militaires en cours n'ont permis jusqu'à présent de mettre fin aux violences et exactions qui sont rapportées presque chaque jour.

Dans la province du Nord-Kivu, voisine de l'Ituri, la population en colère a bloqué lundi durant plusieurs heures un axe routier majeur, après qu'une "maman et son fils ont été tués" chez eux dans la localité d'Oicha "dans la nuit de dimanche à lundi par des militaires", a déclaré à l'AFP Nicolas Kikuku, bourgmestre de la commune, sans autre détail sur les circonstances du drame.

AFP et ACTUALITE.CD

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une