Breaking news

Kasaï Central : Des ONG redoutent la violence à Kananga suite aux menaces de démolition des maisons près de l'aéroport

Mercredi 18 septembre 2019 - 17:06
Catégorie
Kananga

Deux structures (Crongd et Reprodhoc) regroupant plusieurs organisations non gouvernementales actives à Kananga, au Kasaï Central disent craindre une crise dont les conséquences pourraient être fâcheuses pour la paix sociale au regard des menaces de démolition des maisons de près de 1500 ménages habitant les localités Oasis, Kabanza et RVA, près de l’aéroport.

Les habitants menacés de déguerpissement brandissant des certificats d'enregistrement délivrés par les services des affaires foncières à la suite de la désaffectation du site depuis l'an 2000 par l'ancien gouverneur Claudel André Lubaya.

« Les deux coupoles de plus de 150 ONG (...) se disent profondément préoccupées par la persistance et l'aggravation du conflit foncier opposant la RVA à une partie de la population de Kananga habitant les localités Oasis, Kabanza et RVA site dit aéroportuaire (...) craignant une énième crise, nous en appelons à la sagesse des protagonistes dans la gestion de ce différend », peut-on lire dans ce communiqué daté du 17 septembre 2019.

Le conseil régional des organisations non gouvernementales et le réseau provincial des organisations de défense des droits de l'homme ajoutent : « la mauvaise gestion des questions liées à la désaffectation d'un terrain d'utilité publique, à l'occupation anarchique,  à l'envahissement de la concession de la RVA par une partie de la population de Kananga depuis bientôt 20 ans et les tentatives de leur déguerpissement que les concernés qualifient d'accaparement et de spoliation de leurs propriétés légalement acquises accompagnées des menaces,  injures et intimidations de toutes sortes constitue une bombe à retardement si on y prend garde ».

Dans un communiqué rendu public l1 septembre dernier, le maire de Kananga a enjoint les habitants du site concerné de quitter avant le 17 septembre 2019. Déjà des bulldozers de l'office des routes sont positionnés à l'aéroport pour la démolition des maisons.

Crongd et Reprodhoc recommandent à l'assemblée provinciale de sortir de son silence et d'assumer ses responsabilités afin de préserver la paix sociale, au gouverneur de sécuriser la population et ses biens, au maire de la ville de s'abstenir d'exécuter les mesures extra judiciaires, à la RVA de cesser le recours aux voies de fait et aux populations habitant le site à problème de s'abstenir de tout acte visant à troubler la paix sociale.

Sosthène Kambidi