Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

Le centre interdisciplinaire de gestion risque sanitaire (CIGRS), l’ordre de des médecins vétérinaires et les experts du ministère de l’agriculture, pêche et élevages, de l’environnement et du développement rurale ont remis ce vendredi 23 août 2019, au coordonnateur du secrétariat technique de la lutte contre Ebola, le docteur Jean Jacques Muyembe, le plan stratégique de riposte contre la maladie à virus (MVE) dans secteur animal.

Dr Muyembe a salué l’implication des médecins vétérinaires dans la préparation dudit plan et étant donné que la maladie tire son origine de la faune sauvage.

« Comme vous le savez la maladie à virus Ebola a comme origine la faune sauvage et chaque épisode d’Ebola est souvent lié à la consommation d’un animal trouvé mort en forêt et la plupart de ces animaux sont victimes comme l’homme. Le singe, chimpanzé et les gorilles ont déjà payé une lourde tribu dans nos pays. Donc travailler avec les vétérinaires pour lutter contre Ebola, est nécessaire car cela va renforcer la surveillance épidémiologique même dans des parcs », a déclaré Muyembe.

Ces experts demandent à la population qui se nourrit de la chasse d’arrêter t de recourir aux animaux domestiques jusqu’à la fin de l’épidémie.

« Que les familles qui vivent de la chasse arrêtent et qu’elle se contentent seulement des animaux domestiques car la faune représente un danger pour propagation de la maladie. C’est pourquoi nous appelons aussi l’Institut congolais pour la conservation de la nature a former les gardes des parcs sur la lutte contre Ebola », a indiqué le professeur Justin Masumu, coordonnateur de CIGRS.

Les axes stratégiques d’intervention de la maladie à virus a Ebola dans le secteur animal visent notamment à renforcer les structures du secteur animal dans le but de les rendre plus performantes dans la lutte contre les épizooties et les zoonoses dans les zones touchées par la Ebola, assurer la pérennisation des activités de production et contrôle des maladies animales et des zoonoses dans les zones touchées et non touchées par Ebola, rendre disponible les outils de surveillance et de riposte en santé animale, renforcer les équipes multidisciplinaires d’investigation et de riposte contre les mortalités des animaux dans le but d’améliorer la gestion des épizooties et des zoonoses dans les zones touchées par la maladie à virus Ebola.

Ivan Kasongo