Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

Les Forces armées congolaises et celles de la Monusco ont subi plus d’attaques des miliciens Mai-Mai Mazembe et de Nduma defence of Congo (NDC) Rénové entre juin 2017 et juin 2019 dans les provinces du Nord-Kivu et Sud-Kivu. C’est ce que révèle un rapport du Baromètre de sécurité dans les provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu, un projet conjointement géré par Human Rights Watch et le Groupe d’étude sur le Congo, basé à New York.

« Les opérations offensives de la Monusco se déroulent souvent en collaboration avec l’armée congolaise. Il n’est donc pas surprenant de constater que les mêmes groupes armés ont constitué la menace la plus grave pour les deux armées. Les affrontements de la Monusco ont eu lieu principalement avec trois groupes armés basés sur les territoires de Beni et de Lubero : les Maï-Maï Mazembe, les ADF et le NDC-R », dit le rapport publié ce mercredi.

En ce qui concerne la rébellion d’Allied democratic forces (ADF), les auteurs du rapport note qu’elle a mené 77 combats avec l’armée à Beni au cours de la période sous examen. Ce qui rend la région « l’épicentre » des violences.

Quant à la milice Maï-Maï Mazembe, elle a recruté « au sein de la communauté nande, à l’ouest et au sud du lac Édouard », dit le rapport, qui ajoute qu’elle était « le groupe armé ayant eu le plus d’affrontements avec l’armée durant cette période ». Les troupes gouvernementales ont lancé une vaste offensive contre ces miliciens en 2018, ouvrant la voie à des mois de combats prolongés, ajoute le rapport.

Patrick Maki

Vidéo