Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

La commission électorale permanente de l’UDPS (CEP) déplore « l’ingratitude » des dirigeants du parti qui, depuis l’accession de Félix Tshisekedi à la tête du pays, n’ont pas reconnu ses efforts dans la conquête du pouvoir.

Dans une correspondance adressée à Félix Tshisekedi, elle affirme avoir tenté sans succès de rencontrer le chef de l’Etat.

« Alors qu’elle a été la seule structure à croire en ces élections et en la victoire de l’UDPS et de son président pendant que la plupart des structures du parti prônaient le boycott et que ses membres ont été les seuls à être à tous les fronts dans toutes les brousses de la République, tous ses efforts pour rencontrer le chef de l’Etat et le féliciter ont été vains et qu’en retour aucune félicitation et reconnaissance ne lui été destinées », dit la CEP dans la correspondance dont l’authenticité est confirmée à ACTUALITE.CD par Jacquemin Shabani, président de la commission.

La CEP dit avoir été écarté du réaménagement de l’exécutif du parti, jusqu’à être ignorée lors de la composition du cabinet du chef de l’Etat. Elle demande l’arbitrage de ce dernier pour le rééquilibrage des forces.

« A ce jour, la CEP suit comme monsieur tout le monde le processus de partage des responsabilités au sein du gouvernement et n’a été aucunement consultée comme pour insinuer qu’elle ne représente et n’a rien représentée dans cette historique victoire de l’UDPS (…) Elle estime qu’il ne reste plus qu’au chef de l’Etat pour jouer aux équilibres nécessaires en vue d’une répartition juste du quota réservé à l’UDPS », précise la CEP qui demande trois ministères dans le prochain gouvernement.

Le FCC et CACH ont signé, le 29 juillet dernier, l’accord de gouvernance consensuelle après de longues négociations. Les deux plateformes politiques ont décidé aussi de mettre en place un comité de suivi de la mise en œuvre de la coalition. Ce gouvernement sera composé de 65 membres dont 48 ministres et 17 vice-ministres, 23 pour le CACH et 42 pour le FCC. Le reste sera géré par CACH. Les listes des ministrables ont été déposées auprès du premier ministre. La date de la publication du gouvernement n’est pas connue.

Patrick Maki

Vidéo