Interpellations des pro Kabila : Atundu y voit une "provocation" et le "harcèlement politique"
Photo ACTUALITE.CD.

Communicateur et cadre du Front Commun pour le Congo (FCC), André-Alain Atundu s’est également appesanti, au cours de son point de presse ce mardi 3 mars, sur la question liée aux interpellations de quelques personnalités emblématiques du FCC constatées il y a peu.

Il qualifie ces actes de « provocation » et « harcèlement politique » de la part de leur partenaire du Cap pour le changement (CACH) afin de dénouer l’accord de coalition qui unit les deux parties.

« La stratégie de provocation ou mieux de harcèlement politique mise en œuvre à travers des interpellations des personnalités emblématiques ciblées du FCC devrait d'après leurs adeptes, aboutir à dénouer l'accord de coalition pour justifier la rupture politique FCC-CACH par un malentendu factice mais fatal. Grossière erreur de perception partagée par une imagination débordante », a dit André-Alain Atundu.

Et d’ajouter : « Il n'y a aucune dignité à renier sa parole, et aucun honneur à être déloyal vis-à-vis d'un partenaire. Tel est le Credo du FCC ».

Dans les lots des proches de Joseph Kabila interpellés, il y a d’abord la soeur jumelle de l’ancien président, Jaynet Kabila qui a été brièvement interpellée par les services de sécurité à l’aéroport de N’djili; ensuite le secrétaire permanent du PPRD, Ramazani Shadary qui a été empêché par la DGM de s’envoler avec d’autres caciques à Bujumbura; et enfin le tout puissant Kalev Mutond, ancien administrateur général de l’ANR interpellé pendant de longues heures à son retour d’Addis-Abeba. Pour ce dernier, il est interdit de quitter le territoire national et même de s’approcher des frontières, ports et aéroports.

Christine Tshibuyi

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une