Catégorie
ACTUALITE.CD

Peter Pham, envoyé spécial des USA dans la région des grands lacs, a évoqué une fois de plus la question des sanctions internationales qui touchent quelques officiers congolais.

Selon lui, la présence de ces personnes sanctionnées est un frein à une plus grande implication dans son pays dans les efforts de pacification dans l’Est de la RDC.

« Malheureusement, nous sommes limités du point de vue militaire parce qu’il existe encore dans les rangs de l’armée des généraux qui sont sanctionnées soit par nous, soit par l’Union européenne soit par l’ONU. C’est difficile pour nous du point de vue légal de faire plus tant que ces personnes sont encore dans l’armée », il a dit à la fin de son entrevue avec Félix Tshisekedi mercredi à Kinshasa.

Il s’est également prononcé au sujet de l’engagement de son pays depuis l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi.

« Nous soutenons la volonté extrêmement claire du peuple congolais au sujet du changement. Ce changement concerne les reformes dans la gouvernance, la lutte contre la corruption, la lutte contre l’impunité, la lutte contre l’impunité, la paix et la sécurité dans le pays. Et notre partenariat privilégié touche ces secteurs en collaboration avec nos partenaires congolais. Ce partenariat est un appui à la vision du président Tshisekedi », a t-il ajouté.

L’émissaire américain s’est réservé d’apporter un éventuel jugement sur le progrès réalisé et brandit toute la palette de l’intervention américaine qui n’écarte pas les sanctions. 

« Est-ce que le peuple congolais est satisfait? Je crois qu’il est content du début de ce chemin. Ce n’est pas à moi, diplomate congolais, d’apporter un jugement. C’est un chemin qui est long. Nous apportons notre appui avec la formation, les moyens techniques et les sanctions », a t-il déclaré.

Cette activité diplomatique de Peter Pham entre dans le cadre du Partenariat privilégié pour la paix et la prospérité qui a été établi entre américains et congolais en avril 2019 lors de la première visite du président Tshisekedi aux États-Unis. Il est censé renforcer les liens entre les deux nations en mettant l'accent sur l'amélioration de la gouvernance, la promotion de la paix et de la sécurité, la lutte contre la corruption, la promotion des droits de l'homme et la création de conditions permettant des investissements américains plus accrus et la prospérité du peuple congolais.

Christine Tshibuyi

Vidéo