Catégorie
ACTUALITE.CD

Meschak Elia considère que la décision prise à son encontre par la Fédération congolaise de football association (Fecofa) est de nul effet et se réserve le droit de donner une suite judiciaire. C’est ce que révèlent nos confrères de Football365.fr citant un communiqué publié par l’ailier international congolais.

En effet, l’ancien joueur du TP Mazembe, qui est en conflit ouvert avec ce dernier, a été suspendu pour une année par l’instance faîtière du football national « avec interdiction d’accès aux installations sportives, et extension aux équipes nationales de la République démocratique du Congo, à la Confédération africaine de football (CAF) et à la Fédération internationale de football association (FIFA) ».

En plus, le joueur incrimine son ancien club d’être derrière cette décision, comportement qu’il juge inadmissible et réclame des sanctions à cet effet et que les accusations à son encontre sont «gravement diffamatoires».

Communiqué de presse de Elia Meschack :

Le joueur international congolais Elia Lina Meschack, se référant à une « décision » prise le 18 novembre à son encontre par la FECOFA suite à une demande unilatérale faite dans ce sens par le club TP Mazembe entend préciser par le biais de ses avocats ce qui suit :

1. La « décision » en question est manifestement une tentative de pression faite à son encontre par son ancien club, lequel cherche par tous les moyens (même ceux illicites) de l’impressionner car il n’a aucun moyen contractuel de le forcer à subir ses volontés ;

2. Le contenu de cette « décision » a manifestement été dicté à la FECOFA par le club TP Mazembe ;

3. La FECOFA n’a, et pour cause, jamais donné au joueur la possibilité d’être entendu sur les faits qui lui sont reprochés. Pour cette simple raison déjà, sa « décision » est nulle et de nul effet ;

4. Tous les faits auxquels la « décision » de la FECOFA se rapporte sont faux, l’ensemble des affirmations qu’elle contient émanant de faux éléments fournis par le TP Mazembe et étant clairement contredites par des éléments de preuve qui sont en possession de la FIFA, saisie par le joueur voici plusieurs semaines ;

5. En rendant ce type de « décision », la FECOFA se rend complice d’un club qui n’hésite pas à inventer des insanités et à mentir sur des éléments fondamentaux du dossier.

Le joueur considère en conséquence :

a) que les accusations qui sont faites à son encontre sont gravement diffamatoires ;

b) que la décision de la FECOFA est de nul effet ;

c) que le comportement du club TP Mazembe dans cette affaire est inadmissible et doit faire l’objet de sanctions.

Sur la base de quoi le joueur se réserve de donner à tout ce qui précède une suite judiciaire.

Elia Meschack

Vidéo