Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

Le secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), abbé Donatien Nshole a affirmé ce mercredi 21 août que la nomination et la permutation « à titre provisoire » des bourgmestres de quelques communes de Kinshasa, est une atteinte à la démocratie, parce que le pays attend l’organisation des élections locales.

« En ce moment où on attend les élections locales ce n’est pas une bonne nouvelle pour la démocratie dans notre pays. », a laconiquement dit à ACTUALITE.CD le secrétaire général de la CENCO.

Le nouvel arrêté du gouverneur de Kinshasa intervient après celui de la semaine dernière qui évoquait les permutations alors qu’il y avait des bourgmestres nommés. M. Ngobila avait démenti l’authenticité dudit arrêté promettant « d’arrêter » l’auteur du faux document. Entre-temps, l’UDPS avait déjà présenté officiellement ses membres (trois bourgmestres et un bourgmestre adjoint) nommés par le « faux » arrêté.

Jonas Tshiombela, porte-parole du CLC (Comité laïc de coordination), une structure de l’église catholique, insiste que les prérogatives de nommer les bourgmestres sont réservées exclusivement au président de la république.

La CENCO et l’Eglise du Christ au Congo (ECC) ont affirmé avoir récolté depuis le 09 août dernier, 1 509 549 signatures de pétitions, pour exiger la tenue des élections locales avant la fin du mois de décembre 2019.

Ivan Kasongo