Catégorie
Photo droits tiers

Félix Tshisekedi se félicite de la signature ce mercredi 21 août à Luanda (Angola) de l’accord sur la sécurité et la coopération dans la sous région entre les présidents Paul Kagame (Rwanda), Yoweri Museveni (Ouganda), João Lourenço (Angola) et lui-même dans le cadre du deuxième sommet entre l’Angola, le Congo, l’Ouganda, le Rwanda et la RDC.

« Tout dabord, je vais féliciter les deux présidents que je qualifierai de grands, les présidents Museveni et Kagame, pour leur grandeur desprit en acceptant de voir ce conflit être mis de côté et de privilégier lintérêt supérieur de nos pays », a t-il déclaré.

Cet accord permet surtout à Kigali et à Kampala de se réconcilier après des mois de tension diplomatique.

« Je remercierai également le président angolais qui na pas ménagé ses efforts pour nous inviter à deux reprises ici pour ficeler cet accord. Noublions pas non plus notre doyen le président Denis Sassou Nguesso du Congo qui est venu nous épauler dans cette cérémonie qui corrobore avec ce que sont mes intentions : Depuis mon avènement à la tête de la RDC, jai pris lengagement de contribuer et de voir se transformer cette région riche en havre de paix. Nous avons connu beaucoup de tension dans cette région. Aujourdhui, cest un grand jour pour moi », a ajouté le président congolais.

Contexte

La tension était montée d’un cran entre les deux pays depuis fin février 2019. En marge de ces tensions, le Rwanda a fermé le poste frontalier stratégique de Gatuna provoquant la colère de l'Ouganda qui a crié à un embargo économique de fait.

Paul Kagame accusait son homologue ougandais de soutenir les rebelles rwandais opérant dans l’Est de la RDC à l’effet de déstabiliser les institutions rwandaises. L’homme fort de Kigali évoque particulièrement le Congrès national du Rwanda, dirigé par l’ancien chef de l’armée rwandaise Kayumba Nyamwasa. Ce que dément Museveni en admettant tout de même avoir rencontré quelques-uns des opposants de Kagame. 

A la première rencontre à Luanda, mi-juillet, le mini-sommet avait chargé João Lourenço avec l’appui de Félix Tshisekedi de faciliter le processus de réconciliation entre Kigali et Kampala.

Japhet Toko