Catégorie
ACTUALITE.CD

Benoît Lwamba, président de la Cour Constitutionnelle, et le procureur général près la même Cour doivent discuter, ce lundi 17 juin dans la matinée, avec Félix Tshisekedi, le président de la République, au sujet des arrêts rendus dans le cadre des contentieux électoraux consécutifs aux élections législatives de décembre 2018.

Les discussions tourneront notamment autour de l’article 93 de la loi organique instituant la Cour constitutionnelle qui prévoit la possibilité de corriger « les erreurs matérielles ».

Benoît Lwamba avait promis à la délégation de Lamuka de s’impliquer pour la mise en place d’une commission spéciale qui doit examiner les cas des députés invalidés « en vertu de la procédure de recours en rectification pour erreur matérielle ».

Contexte

Martin Fayulu, un des leaders de la coalition Lamuka, avait annoncé au cours d’une conférence de presse, la semaine dernière, une série d’actions pour protester contre les arrêts de la Cour constitutionnelle. Il s’agit notamment de la suspension des activités parlementaires des députés et sénateurs de la coalition jusqu’à nouvel ordre, des manifestations de “grande envergure” le 30 juin à travers le pays. Environ 30 parlementaires de l’opposition ont été invalidés par la Cour constitutionnelle en faveur du FCC. Fayulu accuse Felix Tshisekedi et Joseph Kabila “d’assassinat de l’Etat de droit”. Samedi dernier, une manifestation de Lamuka avait été dispersée au siège provincial du Mouvement de Libération du Congo (MLC), sur l'avenue de l'Enseignement, dans la commune de Kasa-Vubu.