Catégorie
Ph. Droits tiers

Reçu par le président de la République, Félix Tshisekedi, lundi 10 juin, à la cité de l'Union africaine (UA), le président national de l'Eglise du Christ au Congo ( ECC), le Révérend Dr André Bokundoa-Bo-Likabe, a encouragé son interlocuteur à se focaliser sur la "situation sociale" des Congolais.

Notant que la "misère est grande", Dr Bokundoa a encouragé le chef de l'État à "avoir une attention particulière sur la situation sociale du peuple congolais", a déclaré à ACTUALITE.CD, le porte-parole de l'ECC, le révérend Eric Senga Nshimba.

La réconciliation Nationale 

Dr Bokundoa-Bo-Likabe a fait savoir au chef de l'État "l'ultime engagement de l'Église protestante à poursuivre sa démarche de la réconciliation nationale.". Tshisekedi s'est dit "très satisfait" de l'initiative protestante et a promis "tout son soutien" quant à ce, d'après la même source. Les deux personnalités se sont accordées sur "l'importance de poursuivre les élections locales", cela même si la préoccupation majeure reste au niveau du financement de cette étape du cycle électoral. 

Ils ont également évoqué en substance le remplacement de l'actuel Bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), qui est fin mandat. 

Le poste de président de cette institution d'appui à la démocratie revient aux confessions religieuses.

"Un travail de fond" a été convenu entre les deux parties, a déclaré le porte-parole, sans fournir un détail sur ce travail.

Rôle stratégique pour la vie de la Nation L'Eglise protestante (ECC) a insisté sur les critères de la "moralité, de l'éthique et ceux de l'équilibre" qui doivent être tenus en compte dans le choix des membres du gouvernement Ilunga Ilunkamba dont la formation est au cœur de négociations entre les camps Kabila-Tshisekedi, depuis plusieurs semaines. Le responsable de la deuxième plus grande confession religieuse de la République démocratique du Congo (RDC), après l'Église catholique, s'est vu "encouragé à son tour à continuer à travailler sans relâche dans son rôle stratégique pour la vie de la Nation", a conclu le porte-parole.

Quelques semaines après l'investiture de Félix Tshisekedi, l'ECC avait entamé des pourparlers avec les parties prenantes au processus électoral pour "engager la nation dans les concertations" au regard du climat postélectoral.

Le 27 février, l'ECC avait reçu l'opposant Martin Fayulu qui conteste toujours la victoire de Félix Tshisekedi.

Mafa
Martin Fayulu reçu par l'ECC (Ph. Christine Tshibuyi) 

Au cours du tête-à-tête avec le président de l'ECC, l'opposant avait souligné avec insistance "qu’il y a beaucoup de nommés comme celui qu’on prétend appeler président de la République".

Il avait également affirmé que "ceux qui sont dans les assemblées provinciales maintenant ont été nommés". Christine Tshibuyi