Breaking news

RDC-Ituri : « Plus de 99% de la population ne veut pas la guerre », Bamanisa lance un appel de la paix

Mardi 11 juin 2019 - 10:46
Catégorie
Jean Bamanisa Saidi, gouverneur de l'Ituri/Ph ACTUALITE.CD

Après une journée des violences lundi qui ont fait au moins 11 morts dont deux policiers dans le territoire de Djugu, le gouverneur de l’Ituri, Jean Bamanisa Saidi a lancé un appel à la paix à l’intention de ses administrés.

Pour lui, la majorité écrasante de la population de l’Ituri désapprouve une nouvelle guerre après celle de 1999-2003 qui avait fait plusieurs centaines de morts.

« Nous demandons à la population d’être calme malgré cette peur que les autres veulent faire entrer dans les esprits. Ce sont des mouvements terroristes hors la loi, il n’y a pas des conditions pour le retour de la paix. C’est vrai que l’armée est là, elle se déploie, la police également mais en même temps nous voulons avoir une compréhension de problème, pourquoi nous avons eu des élections. Nous allons ensemble avec tout le monde trouver de solution et aller vers le développement. S’il y a des revendications ce n’est pas par des armes ni par des tueries que cela doit se passer. Nous appelons que cela cesse, nous continuons de dire plus de 99% de la population iturienne ne veut pas de cette guerre, de ces tueries et que le petit nombre de ceux qui le font puissent arrêter », a lancé Jean Bamanisa Saidi après une réunion de crise.

La tension est montée dans plusieurs localités du territoire de Djugu dans la journée de lundi.

« Tout a commencé par la mort de 4 commerçants dans le village Pkatapkapta en chefferie de Mambisa alors qu'ils se rendaient au marché d’Iga barrière. Malheureusement cet incident a ravivé la tension notamment au village Kparanganza un groupe des manifestants ont barricadé la RN27 et sur place ils ont tué 3 personnes. Nous voulons l'implication des autorités nationales et provinciales », a déclaré à ACTUALITE.CD Charité Banza, vice-président de la société civile du territoire de Djugu.

Deux autres jeunes ont été brûlés vifs dans la cité minière de Mungbalu riche en Or, toujours selon la société civile.