Catégorie
Ph. Droits tiers

La Cour constitutionnelle de la République Démocratique du Congo a invalidé, dans la nuit du mardi  11 juin, près de 20 députés dont la majorité est membre de Lamuka, le regroupement politique qui a appuyé la candidature de Martin Fayulu à la présidentielle de décembre 2018.

Dans ce lot d'invalidés, près de 8 élus du MLC (Mouvement de Libération du Congo) dont Raphaël Kibuka, le 4ème meilleur de la circonscription du Mont Amba. Il a été remplacé par Sylvie Ingele qui avait obtenu moins de 1000 voix d'après les avocats de Raphaël Kibuka, qui se posent la question de savoir sur base de quel mécanisme juridique ou électoral la Cour constitutionnelle a-t-elle invalidé Raphaël Kibuka au profit de Sylvie Ingele, candidat de la plateforme ABCE, affiliée au FCC (Front Commun du Congo).

D'après la défense de Kibuka, leur client "n'a jamais été convoqué pour un contentieux électoral".

"Ridicule d’apprendre mon invalidation par la Cour Constitutionnelle. Qu’avez-vous fait de mes 28.600 voix? Honte à la justice de mon pays !", a réagi Raphaël Kibuka sur son compte tweeter. Ces invalidations ont fait beaucoup réagir. L'Association congolaise pour l'accès à la justice (ACAJ) a dénoncé une "situation inacceptable".

D'après cette structure de défense des droits de l'homme, c'est au total 21 députés nationaux de la coalition LAMUKA qui sont invalidés depuis le début de ces contentieux au profit des candidats malheureux du Front Commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila