Catégorie
 formation des agents Sanitaire  contre Ebola ./Ph . droits tiers

 

Au total cent un (101) agents de santé ont déjà été contaminés par le virus Ebola dans les provinces du Nord - Kivu et de l'Ituri où l'épidémie a été déclarée depuis le 1er aout 2018.  34 agents de santé ont déjà perdu la vie, a annoncé le ministère de la santé.

 

Le seuil des 100 contaminés a été atteint et franchi après que 2 agents de santé "non vaccinés" dont 1 à Mabalako et 1 à Kalunguta figurent parmi les 25 nouveaux cas confirmés déclarés dimanche dans la région, a rapporté  l'autorité sanitaire dans un communiqué publié lundi dans la soirée.

"Le cumul des cas confirmés/probables parmi les agents de santé est de 101 (5,9 % de l’ensemble des cas confirmés/probables) dont 34 décès.", d'après la même source.

L'épidémie avait été déclarée dans la province du Nord Kivu et ensuite dans l'Ituri voisine.

La riposte à cette épidémie mortelle est confrontée à l'insécurité régnante dans la région et à la méfiance d'une frange de la population contre les équipes médicales.  lundi matin,  des miliciens  ont attaqué le centre de traitement d’Ebola (CTE) de Katwa dans la ville de Butembo au N ord - Kivu. Un milicien a été tué lors de la riposte des  forces de sécurité commises à la garde de ce centre.

Pour endiguer l'épidémie, les équipes médicales vaccinent  les malades confirmés,  les suspects,  les probables,  y compris leurs contacts.

En date du 12 mai , 114 553 personnes avaient déjà été  vaccinées, mais l'Organisation  mondiale de la santé (OMS) a plaidé la semaine dernière pour l'intensification des opérations de vaccination et l'ajout de vaccins supplémentaires pour protéger les populations locales.

Les médias belges ont annoncé lundi qu'un  vaccin expérimental contre le virus Ebola développé par Janssen Pharmaceutica est prêt à être délivré RDC. L’entreprise belge estime qu’un demi-million de patients pourrait être vaccinés à court terme, et "s’il le faut" même 1,5 million de personnes.  L'OMS a déjà donné son feu vert au vaccin mais Janssen Pharmaceutica attend désormais l’autorisation des autorités congolaises.

Depuis 1976, c'est la dixième épidémie de fièvre hémorragique qui frappe la république démocratique du Congo (RDC).

L'actuelle flambée est la dixième et la plus meurtrière enregistrée sur le sol congolais.

 

Christine Tshibuyi