Breaking news

Ebola : l'OMS anticipe un scénario de transmission "continue et intense" du virus en RDC

Vendredi 3 mai 2019 - 19:39
Catégorie
Le DG de l'OMS / Droits tiers

L'Organisation Mondiale de la santé (OMS), a prévenu que la transmission du virus Ebola allait se poursuivre de façon "continue" et "Intense" dans les provinces du Nord - Kivu et de l'Ituri frappées par l'épidémie depuis le 1er août 2018.

Dr Michael Ryan , chargé de l'urgence et de la riposte aux épidémies auprès de l'OMS , a indiqué lors d'un point de presse à Genève que la flambée de nouveaux cas et des décès ces dernières semaines est "préoccupante". 

"Nous anticipons un scénario de transmission continue et intense" a déclaré Ryan, affirmant que les équipes médicales déployées par l'OMS et le gouvernement congolais sont confrontées à une situation "difficile et instable".

Le plus grand défis est securitaire. Dans le cadre de l'épidémie,  elle est nourrie par la réticence et la résistance des communautés locales face aux équipes médicales et aux règles d'hygiène. 

"Les communautés doivent avoir l'assurance que toutes les parties soutiennent la réponse de santé publique et qu'Ebola ne doit pas être politisé davantage dans ce processus", a déclaré le responsable onusien , dénonçant a faible implication des leaders locaux dans la sensibilisation contre Ebola. 

Il a  également fustigé la "manipulation politique" qui a crée un sentiment de méfiance contre le personnel médical engagé dans la riposte. 

Le 19 avril dernier , un médecin camerounais déployé par l'OMS pour renforcer la riposte a été tué par des miliciens à Butembo , dans la province du Nord - Kivu.

Ce vendredi,  le ministère de la santé a annoncé que l'épidémie a dépassé le seuil des 1000 décès. Sur quelque  1 529 cas , 1 008 sont décédés en dix mois. 

Decouvert en 1976 dans l'ancien province de l'Équateur,  Ebola - maladie contagieuse et potentiellement mortelle - se propage par les sécrétions des muqueuses,  sperme , la salive , la sueur , les vomissements,  les matières fécales ou les sangs. 

 

Christine Tshibuyi