Breaking news

RDC : La MONUSCO en passe de fermer plusieurs de ses bureaux

Mardi 23 avril 2019 - 11:31
Catégorie
Entrée du quartier général de la Monusco à Goma

La Mission de l'ONU pour la Stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) sera amenée, d’ici au 30 juin, à fermer plusieurs de ses bureaux dans l'ouest, le nord-est et le sud- est du pays suite aux coupes budgétaires imposées aux missions de maintien de la paix dans le monde, a averti mercredi sa cheffe, Leila Zerrougui.   

"On a prévu de fermer les antennes qui étaient restées [dans l’ouest] quand on parle de Mbandaka, quand on parle de Matadi, quand on parle de Bandundu, quand on parle du site de Kamina et même de Mbuji-Mayi. Et puis, on a les trois bureaux, c’est Dungu, c’est Kisangani et Lubumbashi. (...) En fait, on a fait une proposition où on a une réduction de [seulement] 100 millions", a déclaré Zerrougui lors d'un point de presse au quartier général de la Mission.

L’année dernière, la MONUSCO s’est retrouvée à 43 millions de dollars de déficit sur ce qu’elle avait proposé dans le cadre des coupes budgétaires.

Priorité : les Kivu, l'Ituri, le Tanganyika et les Kasaï

"Si on doit faire des choix, on doit choisir où on doit rester, où on a le plus besoin de nous. Donc, on a le plus besoin de nous là où il y a les groupes armés, c’est là où on doit être. Et les groupes armés, ils sont où ? Ils sont dans l’Ituri, ils sont dans les Kivu, ils sont dans le Tanganyika, ils sont dans les Kasaï", a-t-elle précisé.  

Ce ne sont que des prévisions car la Monusco ne sait pas encore "comment les membres des organes législatifs vont réagir". Ces mesures prises ne sont pas encore définitives. Elles le seront lorsque le budget sera endossé par le comité consultatif pour les questions administratives et budgétaires des Nations Unies

Le moins douloureux possible

La diplomate a affirmé qu'elle fera de son mieux pour que ce "processus soit transparent, soit équitable et le moins douloureux possible si on peut trouver des options pour nos staffs dans le futur.".

En ce qui concerne Radio Okapi, "nous essayons - nous sommes en train de travailler pour que même si on ferme dans certains endroits - d’assurer que Radio Okapi continue à émettre", a-t-elle ajouté. Une décision prise car "les gens qui écoutent Radio Okapi veulent garder ce lien avec Radio Okapi.".

Ces réductions visent quelque 760 postes majoritairement occupés par des Congolais dans différentes sections. En cinq ans, le budget de la Monusco a été réduit de près de 25 %.

Christine Tshibuyi

 

 

 

 

 

Vidéo