Photo Actualite.cd

Suite à l’échec “total” de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) aux élections sénatoriales, ce vendredi 15 mars 2019, dans 24 provinces, les militants du parti ont envahi le siège de l'Assemblée provinciale de Kinshasa, dans la commune de la Gombe, pour manifester leur colère.

Ils dénoncent les députés de l’UDPS pourtant majoritaires à l’assemblée provinciale de Kinshasa qui n’ont pas voté pour les candidats alignés par le parti, favorisant ainsi la large victoire du FCC de Joseph Kabila.

"Ils sont corrompus. Nous ne nous attendions pas qu'ils pouvaient nous décevoir. C'est-à-dire que nous nous attendions à trois sénateurs aujourd'hui mais, malheureusement, on nous dit qu'il n’y a même pas un sénateur. Donc c'est la trahison totale de l'UDPS", déclare un des manifestants.

Aux alentours de l’Assemblée provinciale à Kinshasa, la tension monte. Les manifestants accentuent la pression. Ils bloquent les véhicules qui proviennent du grand'marché. La police sur place tente d’encadrer le mouvement de protestation.

C’est une honte ! Ils ne savent pas comment préserver les valeurs du parti”, s’alarme un manifestant en colère. “Nous allons les mettre mal à l’aise. Ils finiront par ne pas siéger dans cette Assemblée-là. Nous les attendons ici”, ajoute un autre.

Dans plusieurs provinces, les candidats du FCC ont remporté le grand nombre de sièges au sénat. Jean-Baudouin Mayo Mambeke, cadre de la coalition Cap pour le Changement (CACH), regroupement politique de Félix Tshisekedi, reconnaît l'échec. Pour sa part, Peter Kazadi, député provincial et cadre de l’UDPS, parle d'“opprobre”.

Christine Tshibuyi

Catégorie