Catégorie
Les membres de la FIDH en conférence de presse à Kinshasa/Ph. Fonseca Mansianga ACTUALITE.CD

Le président Félix Tshisekedi a annoncé, mardi dernier, à la délégation de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) qu'il "suit et suivra de près" le dossier sur le double assassinat de Floribert Chebeya et son chauffeur, Fidèle Bazana, en 2010, à Kinshasa, selon un membre de la délégation qui a bouclé vendredi sa mission en RDC. 

"Globalement c’est un dossier qu’il suit et qu’il va suivre de près puisqu’il nous l’a dit qu’il est en contact aussi avec les familles veuves, Annie Chebeya et Marie Josée Bazana, là où elles sont en exil au Canada et en France. Globalement, il a dit qu’il va donner l’occasion aux familles des victimes de faire prévaloir leur droit. C’est à nous, société civile, c’est à nous défenseurs des droits de l’homme d’encadrer toutes ces personnes qui sont frappées au cœur de leurs droits fondamentaux", a déclaré au cours d'une conférence de presse, vendredi à Kinshasa, le secrétaire général de la FIDH, Paul Nsapu.

Alors président de l’ONG la Voix des sans Voix (VSV), Floribert Chebeya a été retrouvé mort dans sa voiture, en 2010. Son chauffeur, Fidèle Bazana, qui l’avait accompagné ce jour pour répondre à une convocation de l’inspecteur général de la police, a disparu.

Le procès, ouvert en 2011 contre 8 présumés, avait abouti à la condamnation à mort de quatre policiers et un à perpétuité avant que quatre ne soient acquittés en appel.

La peine était réduite à 15 ans pour l’un des policiers et le procès pour les trois autres policiers en fuite reste suspendu. Les deux familles ont, depuis 2014, saisi la justice sénégalaise contre un policier présumé témoin de la forfaiture.

Fonseca Mansianga

Vidéo