Breaking news

Le rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d'expression exhorte la RDC à rétablir internet

Lundi 7 janvier 2019 - 19:37
Catégorie
Photo ACTUALITE.CD

Le rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d'expression, David Kaye, a appelé le gouvernement de la République démocratique du Congo à rétablir les services Internet dans le pays.

"Une fermeture générale du réseau constitue une violation flagrante du droit international et ne peut en aucun cas être justifiée (…). L'accès à l'information est fondamental pour la crédibilité du processus électoral en cours. Les fermetures sont préjudiciables non seulement à l'accès des populations à l'information, mais aussi à l'accès aux services de base", a déclaré David Kaye, le rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d'expression.

Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, expliquait mercredi 2 janvier 2019 à ACTUALITE.CD que la coupure de l'internet et des SMS sur toute l'étendue du pays serait une mesure dont le but est de préserver l’intégrité du processus électoral.

«Il y a eu des petits malins qui ont voulu utiliser les réseaux sociaux pour pouvoir se substituer à la CENI en publiant des faux chiffres, de fausses données, il fallait les priver de cet instrument. Un gouvernement responsable ne peut pas assister les bras croisés devant une violation aussi flagrante de la loi. Ces actes avaient l'objectif de faire monter la tension dans le pays, ça pouvait apporter atteinte à la paix publique et même à la sécurité », disait le porte-parole du gouvernement à ACTUALITE.CD

D’après David Kaye, les rapports indiquent que la fermeture empêche les observateurs électoraux et les témoins de transmettre les informations des bureaux de vote ruraux vers les centres de vote locaux pour la compilation des résultats. Elle entrave également la capacité de la Mission d l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO) à communiquer avec ses partenaires sur le terrain, y compris avec les mécanismes de protection.

Le rapporteur spécial des Nations Unies a dit qu’il va continuer de suivre de près l'évolution de la situation en RDC et se tient à la disposition des autorités pour fournir l'assistance nécessaire.