Breaking news

RDC : “Tirs et Gaz lacrymogènes pour disperser des centaines de manifestants à Beni (Récit)

Dimanche 21 octobre 2018 - 09:59
Catégorie
Les habitants de Rwenzori dans une famille endeuillée après l'attaque de ce samedi

Les forces de l’ordre et de sécurité ont tiré dimanche 21 Octobre pour disperser des centaines de manifestants qui dénonçaient les tueries d'au moins 12 civils lors d'une attaque attribuée aux combattants des Forces démocratiques alliées (ADF) dans le Nord - Est de la ville de Beni (Nord - Kivu).

Une soirée sanglante

La ville de Beni dans le Nord de la province du Nord - Kivu, a de nouveau été ensanglantée. Vers 19h, l'armée s'est affrontée avec les présumés combattants ADF dans la commune de Rwenzori  (nord-est de la ville), vidée de la majorité de ses habitants depuis plusieurs semaines.

Le bilan des affrontements qui ont duré plusieurs heures entre belligérants n'est pas encore définitif. Mais  dans leur retranchement, les combattants s'en sont pris aux civils, selon plusieurs témoignages.

Au moins 13 personnes dont un militaire ont été tuées par arme blanche ou balle, selon le bourgmestre de  la commune de Ruwenzori Alois Mbwarara joint par ACTUALITE.CD

Jusqu'à 10h, heure locale, plusieurs corps de victimes gisaient encore par terre.

Tollé dans la ville

 Au lever du soleil , des centaines de protestataires essentiellement des jeunes ont investi les rues de la ville, transportant dans la foulée, le corps d'un civil tué par balle samedi soir par les rebelles, a constaté le correspondant d'ACTUALITE. CD dans la région.

Ces jeunes ont barricadé la principale artère de la ville, brulé des pneus et se sont s'attaqués aux preneurs de vue.  Venue essentiellement de la commune de Ruwenzori, la marrée humaine en colère a afflué vers la mairie de Beni, dénonçant ces nouvelles tueries, près d'un mois après celles du 22 septembre.  Une vingtaine de civils avaient été tués. 

Pour repousser les manifestants qui devenaient de plus en plus nombreux devant la mairie, policiers et soldats ont tiré et utilisé les gaz lacrymogènes pour repousser les protestataires.

Suite aux incursions répétitives des présumés rebelles ougandais des ADF, la commune de Ruwenzori s’est déjà vidée de trois quart de sa population. 

Les quartiers Ngadi, Boikene, Nzuma, Paida et une partie de Kasabinyole ont été  abandonnés par la population. Seul le quartier Mabakanga situé près du centre-ville reste habité.

Sans revendications claires ni commandement connu, l'ADF demeure une nébuleuse qui ensanglante Beni depuis 2014.  Les victimes se comptent par centaines dans la région. 

Lire aussi: Après l’attaque de Beni : Comment je vais m’en sortir ? Ils sont partis avec mes enfants et mon mari (Témoignage)

Yassin Kombi, depuis Beni

Vidéo