DROITS TIERS

 

L'épidémie d'Ebola qui sévit dans les province du Nord - Kivu et de l'Ituri a atteint le seuil des 200 cas confirmés , dont 117 décès, a indiqué le ministère de la santé qui pilote la riposte sur terrain.

 

"Au total, 235 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région, dont 200 confirmés et 35 probables. Sur les 200 confirmés, 117 sont décédés et 61 sont guéris. Les autres sont hospitalisés dans les différents Centre de Traitement d’Ebola (CTE) installés", souligne l'autorité sanitaire dans un nouveau communiqué.

Parmi les 200 cas confirmes , 93 ont été rapportés dans la ville de Beni, nouvel épicentre de cette épidémie partie ( le 1er Aout dernier) de la bourgade de Mangima avant de se répandre vers les localités ou villes de Beni, Butembo , Oicha , Masereka , Kalunguta et Musienne (Nord - Kivu) , ainsi dans les localités de Mandima , Komanda et Tchomia dans l'Ituri voisine.

L'Organisation mondiale de la santé estime que l'épidémie d'Ebola qui a déjà fait 152 morts dont 117 parmi les cas confirmés, est "très préoccupante", mais  ne constitue pas "pour l'instant" une urgence sanitaire "de portée internationale".

La ville de Beni fait depuis plusieurs semaines à un pic de nouveaux cas à cause de la résistance communautaire à la riposte.

Dans la ville voisine, à  Butembo, après l’enterrement digne et sécurisé d’un homme décédé d’Ebola ce Weekend, un groupe de 22 jeunes motards du quartier ont exhumé le corps et ouvert le sac mortuaire, d'après le ministère de la santé.   Influencés par les rumeurs circulant dans leur quartier, ces jeunes voulaient vérifier "qu’aucun organe n’avait été prélevé sur le cadavre par les équipes de riposte".

En ouvrant le sac mortuaire et en y mettant les mains, ils se sont retrouvés en contact direct avec les fluides corporels sortant du cadavre. Le lendemain, ils ont accepté de tous se faire vacciner, rapporte le même communiqué.  Cette semaine, le ministère de la santé a mis en place un2nouveau plan de riposte"  afin de mettre fin à l’épidémie "d’ici fin novembre 2018".

Ce plan inclue le renforcement des capacités de la réponse pour tous les axes stratégiques dans les foyers actifs, la poursuite des activités de surveillance, d’engagement communautaire, de prise en charge psycho-sociale, de prévention et contrôle des infections dans toutes les zones de santé touchées jusque fin janvier 2019, expliquait le ministère.

 

Une semaine après la déclaration officielle de l'épidémie, les autorités avaient annoncé le début d'une vaste campagne de vaccination contre Ebola.  A ce jour, 20.229 personnes ont été vaccinées, dont 9.393 à Beni, 4.391 à Mabalako, 1.663 à Mandima, 1.592 à Katwa, 1.085 à Butembo, 690 à Masereka, 434 à Bunia, 355 à Tchomia, 240 à Komanda, 160 à Musienene, 121 à Oicha et 105 à Kalunguta.

 

 

Christine Tshibuyi

 

 

Catégorie