Depuis le lancement de la vaccination contre Ebola le 21 mai dernier, 3,017 personnes ont été vaccinées, dont 829 à Mbandaka, 726 à Bikoro, 1,374 à Iboko, 77 à Ingende et 11 à Kinshasa, rapporte le ministère de la santé.

Le vaccin Ebola (rVSVDG-ZEBOV-GP) est l’une des composantes de la stratégie globale pour contenir l’épidémie d’Ebola. Ce vaccin à l’essai n’a pas encore été homologué, il est donc utilisé dans le cadre d’un protocole d’étude qui a été approuvé par les autorités nationales, le Comité Ethique à Kinshasa et le Comité Ethique de MSF. Le protocole définit à qui, quand et comment le vaccin doit être administré.

La vaccination est effectuée sur la base d’une stratégie « en anneau ». Celle-ci consiste à identifier les nouveaux patients atteints d’Ebola dont le diagnostic est confirmé par des tests en laboratoire, et à remonter aux personnes avec lesquelles ils ont été en contact. Le réseau de personnes ainsi identifiées – souvent des membres de la famille, des voisins, des collègues et des amis du patient – constitue « l’anneau ». Dans les zones touchées, les personnels de santé en première ligne sont parmi les cibles prioritaires, en raison de leur forte exposition au virus et du haut risque de développer la maladie dans ces conditions. La stratégie permet ainsi de vacciner les personnes de « l’anneau » qui constitue une zone tampon, un « anneau » protecteur, afin d’éviter la propagation du virus.

Au total, 62 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région, dont 38 confirmés, 14 probables et 10 suspects.

Catégorie