Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

Félix Tshisekedi a présidé jeudi 11 juillet à Kinshasa, la cérémonie commémorative de la journée africaine de lutte contre la corruption. A cette occasion, il a invité ceux qu’il appelle « les corrupteurs d’hier et d’aujourd’hui » à se convertir sous son règne, de peur de subir la coercition.

« A cette double approche répressive et préventive doit s’ajouter le renforcement du cadre légal et institutionnel de lutte contre la corruption. Cela requiert de revisiter notre arsenal juridique et institutionnel de lutte contre la corruption et de mettre en place d’autres mécanismes et moyens plus adaptées à la mutation du phénomène de la corruption, avec des sanctions plus dissuasives. J’insiste sur l’approche répressive pour lancer ainsi un message fort contre les intouchables corrupteurs et corrompus d’hier et d’aujourd’hui. Sous mon mandat, ces intouchables sont appelés à la reconversion par la stricte application de la loi. », a-t-il lancé.

M. Tshisekedi promet de mettre en place un service spécialisé dénommé « Coordination pour le Changement de Mentalités » (CCM), pour notamment assurer la prévention, la sensibilisation, la lutte contre toutes sortes d'anti valeurs. Le président de la république lance un appel particulier aux magistrats des différentes instances judiciaires du pays souvent trempés dans la corruption.

« A ce sujet, je fais appel à tout le personnel de l’appareil judiciaire du pays, spécialement aux Magistrats qui doivent, en toutes circonstances, rendre une justice juste et équitable sans pour autant céder à la tentation de corruption. Des moyens adéquats et conséquents seront mis à la disposition de la Justice pour lui permettre de bien faire son travail », a affirmé Félix Tshisekedi.

Au niveau continental, Tshisekedi promet de ratifier la Convention de l’Union Africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption. « Cette ratification permettra, sans nul doute, à la RDC de récupérer les avoirs et les produits de transaction de la corruption disséminés dans les paradis fiscaux au détriment du bien –être social du peuple congolais. »

C’est lors du 30ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine (UA) tenu du 22 au 29 janvier 2018 à Addis Abeba (Ethiopie) les dirigeants africains avaient décrété une journée de lutte contre la corruption sur le continent africain. C’est donc la première édition qui a été célébrée sous le thème « Vers l’élaboration d’une position africaine commune sur le recouvrement des avoirs ».

Patrick Maki