Catégorie
Félix Tshisekedi

A l’occasion de la première édition de la journée africaine de lutte contre la corruption, qui s’est tenue le jeudi 11 juillet dernier, Félix Tshisekedi, a fait part de son projet de lutte contre toute forme de pot-de-vin en République démocratique du Congo (RDC). Un projet qui s’articule principalement autour des trois points majeurs.

Félix Tshisekedi a reconnu l’ampleur de la corruption, notamment dans les institutions nationales. A ce sujet, le président a fait le point sur des objectifs qu’il s’est assigné dans le cadre de son engagement à lutter contre ce fléau qui gangrène le pays depuis pas mal d’années.

Sensibilisation élargie de la population  

Félix Tshisekedi a fait part de son ambition de mener une campagne de sensibilisation élargie pour lutter contre la corruption. Cette campagne, d’après le président, devrait toucher différentes couches de la population.

« Ces actions de sensibilisation viseront particulièrement les familles, cellules de base de la société et tous les secteurs sociaux. Je fais appel à tout le personnel de l’appareil judiciaire du pays, spécialement aux magistrats qui doivent, en toutes circonstances, rendre une justice juste et équitable sans pour autant céder à la tentation de corruption. Des moyens adéquats et conséquents seront mis à la disposition de la Justice pour lui permettre de bien faire son travail », a-t-il dit.

Renforcement de l’appareil judiciaire

Au delà de l’approche préventive, Felix Tshisekedi souhaite également équiper la justice congolaise de moyens appropriés pour punir les coupables des cas de corruption.

« Cela requiert de revisiter notre arsenal juridique et institutionnel de lutte contre la corruption et de mettre en place d’autres mécanismes et moyens plus adaptées à la mutation du phénomène de la corruption, avec des sanctions plus dissuasives. J’insiste sur l’approche répressive pour lancer ainsi un message fort contre les intouchables corrupteurs et corrompus d’hier et d’aujourd’hui. Sous mon mandat, ces intouchables sont appelés à la reconversion par la stricte application de la loi », déclare-t-il.

La chasse aux paradis fiscaux

Toujours dans le cadre de lutter contre la corruption, Tshisekedi envisage de saisir les institutions internationales, notamment pour lutte contre la fraude fiscale en RDC.

« Dans un avenir proche, je vais signer et déposer les instruments de ratification de la convention de l’Union Africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption. Cette ratification permettra, sans nul doute, à la RDC de récupérer les avoirs et les produits de transaction de la corruption disséminés dans les paradis fiscaux au détriment du bien-être social du peuple congolais », a dit le président.

A travers ce projet, le chef de l’Etat s’engage à faire de la lutte contre la corruption un cheval de batail de son quinquennat à la tête du pays.  C’est lors du 30ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine (UA) tenu du 22 au 29 janvier 2018 à Addis Abeba (Ethiopie) les dirigeants africains avaient décrété une journée de lutte contre la corruption sur le continent africain. Cette première édition a été célébrée sous le thème « Vers l’élaboration d’une position africaine commune sur le recouvrement des avoirs ».

Will Cleas Nlemvo

Vidéo