Journée internationale de l'aviation civile : portrait des quelques femmes pilotes de la RDC

Photo/ Droits tiers
Photo/ Droits tiers

Le 7 décembre est dédié à la Journée internationale de l'aviation civile. Cette journée met l'accent sur l'importance de l'aviation civile dans le développement socio-économique des États, mais aussi sur le rôle unique que joue l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), en aidant les États à coopérer dans le domaine de l'aviation et mettre au service de l'humanité un réseau mondial de transport aérien.

Tous les cinq ans, l'OACI adopte un thème particulier pour la Journée de l'aviation civile internationale. Le thème jusqu'en 2023, décidé par le Conseil, est : « Faire progresser l'innovation pour le développement de l'aviation mondiale. »

En République Démocratique du Congo, cette journée est célébrée sous le signe de l'amélioration des conditions de navigation sur l'ensemble des infrastructures aéroportuaires.

Les résultats des audits effectués en RDC par l'OACI dénotent des avancées significatives sur la supervision de la sûreté et de la sécurité aérienne depuis 2011 avec la création de l'Autorité de l'aviation civile en RDC (AAC-RDC). Un établissement public ayant pour mission de réguler le secteur du transport aérien.

Les huit domaines audités par l'OACI et leurs scores respectifs sont la législation avec 90 %, l'organisation de l'AAC avec 100 %, les opérations avec 74 %, les licences de personnels avec 76 %, la navigabilité des aéronefs avec 83 %, les enquêtes accidents avec 72 %, les systèmes de navigation aérienne avec 44 % et les infrastructures aéroportuaires avec 36 %. La moyenne est ainsi de 64,07 %.

Les deux domaines qui souffrent encore relèvent de la Régie des voies aériennes « RVA » (Les systèmes de navigation aérienne et les aéroports internationaux qui ne sont pas certifiés).

Retour sur quelques femmes pilotes de la RDC   Mamitsho Pontshi Lobo, née le 3 janvier 1985 à Buta dans l'ancienne province orientale (RDC), est une pilote congolaise. Ingénieur technicien en aviation civile à l'Institut Supérieur des Techniques Appliquées de Kinshasa (ISTA), elle est titulaire d'une licence de pilote obtenue aux écoles de pilotage à Phoebos Appolo, Aeroprecision et à Air Safety. (En Afrique du Sud et aux États-Unis)

Elle a travaillé chez Goma Express (2011), Katanga Wings (2012 – 2013), et Air Baraka (2013 – 2015). Elle a intégré la compagnie aérienne congolaise d'aviation Congo Airways comme co-pilote sur AirBus 320 en avril 2016, où elle a été nommée en juillet 2023 directrice de la compagnie. Elle est également Secrétaire Générale de l'Association Nationale des Pilotes du Congo (ANPC). Activiste des droits des femmes et des jeunes filles, cette passionnée d'aviation milite pour le développement communautaire et s'investit dans la sensibilisation, l'accompagnement et le mentorat des jeunes à travers Afriyan-RDC. Elle est connue de son environnement pour son courage, sa détermination et son dynamisme. Elle est mère d'une fille et s'exprime aisément en français, en anglais, en lingala, en tchiluba et en kikongo. Lors de ses différentes sorties médiatiques, Mamitsho Pontshi a toujours exprimé son vœu, celui de voir son pays (la RDC) travailler à faire taire les armes, afin que la paix revienne et que les femmes, particulièrement, aient la possibilité de faire des choix pour leurs études et leurs carrières.

Deborah Kipulu a effectué son 1er vol avec succès le 26 septembre 2020 sur la ligne Kinshasa-Lubumbashi à bord de l'Airbus A320 de la compagnie Congo Airways.

Ce vol inaugural était la consécration de longues années d'études aux États-Unis et d'une laborieuse formation. Après s'être formée au pilotage aux États-Unis, Déborah Kipulu est retournée en RDC en 2019 pour travailler. À ce jour, elle preste chez Congo Airways comme pilote. 

Angel Ndeze : est née en 2000 à Goma, dans le Nord-Kivu. Quelques jours après avoir effectué son vol en solo en 2022, elle est qualifiée pilote privée à Skymax Aviation Limited au Kenya où elle poursuit ses études de pilotage.

La jeune pilote partage sa passion pour les avions, son ambition est de servir sous les couleurs nationales de son pays, la RDC et d'inspirer d'autres filles à lui emboîter le pas. 

Elle détient un bac en aviation civile de l'École du Cinquantenaire obtenu en 2018. Après son bac, elle a travaillé comme chargée des opérations aériennes dans une compagnie d'aviation (Echo Flight) et cela pendant une année avant que la compagnie ne ferme ses portes dans la région.

En 2020, elle est allée à Nairobi, au Kenya faire des études de pilotage. Six mois après, elle est rentrée au pays, et ne pouvait plus poursuivre ses études, faute de moyens. Peu après, elle a décidé en 2021 de rejoindre l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) où elle a été recrutée comme éco-garde pour exercer la conservation de la nature. En avril 2022, elle a obtenu une bourse d'étude de la Fondation Julien Paluku Kahongya afin de pouvoir poursuivre ses études de pilotage au Kenya. Aujourd'hui, elle a une licence de pilote privée. 

Selon les chiffres de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), seulement 3 % des pilotes professionnels dans le monde sont des femmes. 

Nancy Clémence Tshimueneka