Nord-Kivu : le fonds pour les femmes congolaises présente les résultats de la sensibilisation en faveur des femmes sur le processus électoral

Photo/ Actualité.cd
Photo/ Actualité.cd

Pendant deux mois, le fonds pour les femmes congolaises (FFC) a sensibilisé la population sur la participation des femmes au processus électoral. Les résultats de ces actions menées par le Fond ont été présentés ce vendredi 10 novembre à Goma.

La sensibilisation a été faite à travers des sketchs et des messages publiés sur le réseau social et différents médias en ligne. 

 "Nous avons été motivés par le faible taux de participation de la femme au processus électoral en République démocratique du Congo. Nous avons aussi constaté que la plupart des femmes n'avaient pas la culture de s'informer en lisant la loi électorale par exemple. C'est la raison pour laquelle nous nous sommes dit qu'il fallait publier des messages qui cadrent avec le processus électoral et rappeler aux femmes les avantages de postuler ainsi que ceux de voter pour une femme," explique Sylvie Mazambi, chargée de communication du FFC. 

Et d'ajouter 

"Nous avons véhiculé différents messages à travers les sketches, c'était une recommandation des internautes, nous avons récolté les commentaires et nous avons résumé en 3 points ce qui bloque la participation politique de la femme. Le premier point, ce sont les préjugés, le deuxième défi, c'est le non accompagnement de cette femme par son mari, mais également la gestion du ménage quand une femme se lance dans une carrière politique À travers cette sensibilisation, nous avons voulu également que les hommes accompagnent les femmes qui embrassent une carrière politique. Nous avons joué le deuxième sketch pour démontrer le rôle insignifiant que les femmes occupent dans les partis politiques, la plupart ne sont pas au poste de prise de décision et n'ont pas la chance de s'exprimer. Il est important que les partis politiques initient des formations en faveur des femmes."

Chantal Faida, l'une des candidates qui ont été intéressées par la sensibilisation du Fonds pour les femmes congolaises (FFC), décrit le faible taux de participation des femmes aux élections et dans les instances de prise des décisions.

"Nous avons la base sur la parité au niveau national et l'article 14 de la constitution. Malheureusement, tout cela n'est pas respect. Au niveau du gouvernement, nous avons 28 % des femmes, pourtant ce sont des postes nominatifs. Nous ne comprenons pas pourquoi le gouvernement a violé les textes, pourtant ce sont eux les décideurs. Cette difficulté sera aussi visible au Parlement vu qu'on a enregistré 17 % des candidatures de femmes au niveau national, 21 % au niveau provincial. Il n'y a qu'au niveau municipal que nous avons enregistré 30 % des candidatures des femmes."

Notons qu'à travers cette sensibilisation, le fonds pour les femmes congolaises vise notamment à assurer la visibilité des actions et profils des femmes candidates pour influencer l'électorat féminin. 

Yvonne Kapinga, à Goma