Breaking news

Kigali s'attend à l'arrivée prochaine de demandeurs d'asile depuis le Royaume-Uni
Dimanche 22 mai 2022 - 07:05
Une vue du centre-ville de Kigali
Une vue du centre-ville de Kigali/Ph. ACTUALITE.CD

Le premier groupe de demandeurs d'asile envoyés au Rwanda depuis le Royaume-Uni dans le cadre d'un accord controversé arrivera probablement dans ce pays d'Afrique de l'Est "dans les prochaines semaines", ont déclaré jeudi des responsables à Kigali.   

L'accord permettant à la Grande-Bretagne d'envoyer des migrants et des demandeurs d'asile au Rwanda a suscité de vives critiques de groupes de défense des droits, de personnalités de l'opposition dans les deux pays et même des Nations unies.

Cet accord annoncé le mois dernier permet d'envoyer au Rwanda les demandeurs d'asile arrivés illégalement sur le sol britannique, Londres espérant dissuader les traversées clandestines de la Manche, en pleine augmentation.

En vertu de cet accord, Londres financera dans un premier temps le dispositif à hauteur de 120 millions de livres (144 millions d'euros). Le gouvernement rwandais a précisé qu'il proposerait la possibilité "de s'installer de manière permanente au Rwanda s'ils le souhaitent".

"Le Royaume-Uni a informé le premier groupe d'environ 50 personnes qu'ils seront relocalisés, et nous nous attendons à avoir bientôt des nouvelles de nos partenaires britanniques" sur leur date d'arrivée "probablement dans les prochaines semaines", a déclaré Alain Mukuralinda, porte-parole adjoint du gouvernement rwandais dans un communiqué publié jeudi soir.

De son côté, le porte-parole du gouvernement, Yolande Makolo, a confirmé que "les migrants (étaient) susceptibles d'arriver dans les prochaines semaines".

Les propositions de relocalisation de dizaines de milliers de personnes dans les années à venir, qui devraient être contestées devant les tribunaux britanniques, ont été qualifiées d'"inhumaines" par des groupes de défense des droits. 

Des militants des droits humains accusent le gouvernement du président Paul Kagame d'écraser la dissidence et de garder une poigne de fer sur le pouvoir, mais tout en annonçant l'accord sur l'asile le 14 avril, le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré que le Rwanda était "l'un des pays les plus sûrs au monde".

M. Kagame a déclaré le mois dernier que l'accord avec le Royaume-Uni n'est pas du "commerce d'humains".

"Nous ne faisons pas le commerce d'êtres humains, s'il vous plaît. Ce n'est pas le cas. En fait, nous sommes en train d'aider", a-t-il ajouté, décrivant cet accord comme une "innovation" mise en avant par le Rwanda.

Paul Kagame a affirmé que le Rwanda accueillait des réfugiés depuis "des décennies", surtout venus de pays voisins.

Selon les chiffres de l'ONU, le Rwanda accueillait plus de 127.000 réfugiés en septembre l'année dernière, dont près de la moitié étaient des enfants. La majorité étaient des Congolais, suivis des Burundais.

AFP avec ACTUALITE.CD

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une