RDC : réélu à la tête de la FEC, Albert Yuma promet de mieux défendre les opérateurs économiques durant son mandat 
Albert Yuma, président national de la FEC. Ph. ACTUALITE.CD

L'Assemblée générale ordinaire de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) a réélu pour la sixième fois Albert Yuma au poste de Président national de cette organisation patronale, ce jeudi 26 novembre à Kinshasa. Il est réélu pour un mandat de 3 ans allant de 2020 à 2023. 

Trois candidats ont concouru a cette élection, dont Dieudonné Kasembo, Michel Sefu et Albert Yuma. Au finish, Albert Yuma a été réélu à l'unanimité par 119 membres pour un total de 2 575 voix.

Il a été voté par 119 membres ayant pris part à cette Assemblée pour un total de 2 575 voix. 

Dans son allocution, il a salué le Conseil d'administration de la FEC de l'avoir fait confiance et a promis d'axer ses actions pour le bien des opérateurs économiques afin de favoriser le développement économique du pays.

"Merci au Conseil d'administration pour m'avoir à nouveau témoigner sa confiance. Si j'ai décidé d'accepter à nouveau cette marque de confiance, c'est parce que dans le temps troublé que nous vivons, j'ai ressenti plus que jamais la nécessité de continuer à veiller aux destinées de notre grande fédération. Mon ambition en faveur du développement économique de notre pays est connue. Seule une institution forte, complètement détachée du souci de plaire ou de la crainte de plaire est capable de porter la défense des opérateurs économiques et plus largement du développement économique du pays", a déclaré Albert Yuma.

Alors que d'aucuns lui attribuent une coloration politique, Albert Yuma s'est défendu. Il a précisé qu'il jouit d'une certaine indépendance pour critiquer le pouvoir.

"On m'accuse parfois d'être politisé. Quelle belle affaire ! D'ailleurs, on accuse tous les hommes d'affaires africains d'être politisés dès lors qu'ils ont une certaine visibilité. Que vous félicitiez l'action du gouvernement, on dira que vous êtes aux ordres. Que vous les critiquiez, on vous accusera de vouloir vous y substituer. Personne ne semble admettre qu'un élu d'une institution patronale puisse avoir de sympathie politique sans pour autant forcément souhaiter faire de la politique ou encore d'être doter de suffisamment d'indépendance pour critiquer le pouvoir en place tel qu'il soit. Je ne me cache jamais quand j'ai des choses à dire. Je ne défends que les entreprises", a-t-il dit.

Pour cette nouvelle réélection, Albert Yuma dit axer sa mandature autour de 5 principaux piliers en faveur du renforcement du tissus économique congolais et d'une plus grande création de la valeur ajoutée. 

Le premier pilier s'articule autour du nécessaire renforcement de l'administration de la FEC. Le second pilier vise à renforcer le rôle de leader de la FEC en matière de syndicat patronal et d'interlocuteur privilégier du gouvernement en matière de plaidoyer. Le troisième a pour objectif d'établir la FEC comme acteur de référence dans les projets clés de développement du pays. Le quatrième pilier a pour ambition de faire reconnaître la FEC comme chambre de commerce des entreprises à même de compter un certain nombre des projets en faveur des opérateurs économiques. Et le dernier, concerne la promotion de hauts cadres nationaux. 

65 ans, l’homme d’affaires congolais dirige la FEC depuis 2005. Un des proches de Joseph Kabila, Yuma est également PCA de la GECAMINES, la principale entreprise minière du pays.

Jordan MAYENIKINI

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une