RDC: Tshisekedi comprend la colère du peuple, condamne la violence et demande à la police de prendre les dispositions
Les dégâts matériels des manifestations à Kinshasa

Félix Tshisekedi s’est vu obligé d’intervenir après les événements de ces deux jours dans certaines villes dont Kinshasa où des manifestations ont éclaté contre les 3 propositions de lois sur le système judiciaire congolais telles qu'initiées au niveau de l'Assemblée Nationale.

Il dit qu’il comprend « cette colère du peuple, laquelle traduit l'attachement de ce dernier à un véritable Etat de droit ». 

Il demande aux forces de l'ordre de prendre toutes les dispositions pour prévenir et contenir en cette période d'état d'urgence ce genre de manifestations.

« En même temps, le Chef de l'État rappelle à la classe politique Congolaise de toute tendance, sa responsabilité de ne pouvoir entreprendre, surtout pendant cette période d'état d'urgence,  que des initiatives tendant à privilégier, en toute chose l'intérêt de la nation ainsi que la paix sociale et de s'abstenir de celles tendant à diviser le peuple ou à porter atteinte aux principes d'organisation et du fonctionnement de telles ou telles institutions de la République », dit un communiqué signé par Désiré-Cashmir KOLONGELE EBERANDE, Dircab a.i.

Il en appelle ainsi au calme et au respect de la loi par tous.

« Enfin, tout en respectant le droit constitutionnel de manifester, le Chef de l'Etat condamne avec véhémence les violences et attaques perpétrées ce jour contre les personnes et leurs biens », ajoute t-il. 

Plusieurs biens immobiliers appartenant aux cadres du Front Commun pour le Congo (FCC) ou à leur proches ont été attaqués par les manifestants à Kinshasa. Pour sa part, le camp Kabila s’est dit prêt à la cohabitation si telle est la décision de son allié CACH. 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une