Breaking news

RDC : le commerce illicite du tabac à la base de l’augmentation du nombre de fumeurs (atelier ILDI-ONGD)

Samedi 22 février 2020 - 09:26
Catégorie
tabac

Une quinzaine des journalistes congolais ont pris part, ce vendredi 21 janvier, à un atelier de formation sur la fiscalité du tabac organisé par l’ONGD Initiative locale pour le développement intégré (ILDI). Au cours de cet atelier, les données factuelles sur la prévalence du tabac parmi les élèves et l’exposition à la fumée du tabac dans l’environnement familial ou amical tirées de l’enquête GYTS-RDC et l’étude menée par ILDI-ONGD en septembre 2019, ont été présenté aux professionnels des médias.

L’enquête auprès des élèves de 13 à 15 ans dans le milieu scolaire à Kinshasa et à Lubumbashi montre que 19,5 % des élèves avaient déjà fumé la cigarette, dont 27,5 des garçons et 9 % des filles ; 28,9 % utilisent actuellement d’autres produits du tabac, dont 29,3 % des garçons et 27,6% des filles.

L’étude menée par ILDI-ONGD révèle que la consommation moyenne du tabac est estimée à 33%. Elle observe également que la RDC enregistre des pertes fiscales importantes du fait que plusieurs marques de cigarettes sont disponibles sur le marché, y compris dans les supermarchés, sans vignette fiscale officielles.

Pour l’ILDI l’importation frauduleuse massive du tabac et ses dérivés justifie la stabilité des prix de vente au détail de la cigarette en RDC. Cela fait en sorte que, le prix de vente de la cigarette par paquet dans les magasins hors taxes est au même niveau que celui pratiqué dans les supermarchés. En effet, le paquet de la cigarette coûte 4 800 FC dans les magasins hors taxes et 5 100 FC de prix de vente dans les supermarchés, soit un écart de 300 FC.

La vente à la tige de la cigarette qui est contraire à la CCLAT ratifiée par la RDC, rend les cigarettes accessibles à toutes les bourses. Le pharmacien Mobembo Momo, chargé d’exploitation au programme national de lutte contre les toxicomanies et les substances toxiques au ministère de la santé, l’un des formateurs, estime que le commerce illicite du tabac est à la base de l’augmentation des fumeurs en RDC.

« Le commerce illicite du tabac en RDC est à la base de l’augmentation des fumeurs. Vu sa superficie et la guerre qui frappe l’Est, la RDC a du mal à sécuriser ses frontières. Tous ces éléments profitent aux maffieux pour faire la contrebande du tabac. Quand les contrebandiers s’y mettent, les produits moins chers sont déversés sur le marché et c’est ce qui permet aux gens de consommer facilement le tabac. Nous dévons dénoncer cette situation afin que le tabac cesse de faire de nouvelles victimes au pays. D’abord, il faut que la loi antitabac soit accompagnée des mesures d’application pour que la lutte antitabac soit efficace », dit-il.

Pour sa part, Godefroid Mboyo, chef de projet de la lutte antitabac de l’ILDI se dit satisfait de cet atelier et annonce son élargissement avec les membres de la société civile ainsi que les députés nationaux.

« Depuis 2017 nous poursuivons un projet sur la lutte antitabac en Afrique. Nous considérons les journalistes comme un pont qui nous aide à atteindre la population. Si les journalistes sont bien formés sur le message que nous lançons sur le tabac, la population sera avertie. Nous allons également formés les organisations de la société civile. Et après viendra le tour des députés pour qu’ils boostent les projets des lois luttant contre le tabac. Malgré nos contraintes financières, nous allons nous battre pour réaliser nos différents projets », explique Jean Bolika.

Considérant le tabac comme l’une des plus graves menaces qui pèse sur la santé publique mondiale, cette ONGD appelle le gouvernement congolais à user du levier fiscal comme l’une des mesures efficaces pour le contrôle du tabac, car, précise-t-elle, l’augmentation régulière des taxes engendre la hausse des prix des produits du tabac et ainsi contribue à la diminution de la demande auprès des consommateurs.

Jordan Mayenikini

Vidéo