Catégorie
ACTUALITE.CD

Le Haut-commissariat aux Réfugiés (HCR) a ouvert ce mercredi 20 novembre, un nouveau site pour les déplacés internes à Bunia dans la province d’Ituri. Situé à Kigonze, ce site a été construit en collaboration avec l’Organisation internationale pour la migration (OIM), afin de permettre aux personnes déplacées principalement dans les territoires de Djugu, Irumu et Mahagi de vivre dans de “bonnes conditions”. 

Le nouveau site devra abriter quelques 10 000 déplacés venant du site de l'Hôpital Général de Bunia.

« Le HCR se réjouit d’avoir pu contribuer à l’ouverture de ce nouveau site, qui permettra d’améliorer les conditions de vie de familles qui, depuis près de deux ans, ont souffert d’énormes traumatismes, et n’ont toujours pas la possibilité de regagner leurs domiciles », explique Marie-Hélène Verney, Chef de la Sous-Délégation du HCR à Goma.

La construction de ce site fait suite à l’appel du Gouvernement de la RDC à réduire la surpopulation dans le site spontané érigé autour de l'Hôpital Général de Bunia, début 2018, avec 12 000 déplacés qui vivaient dans des conditions déplorables.

« Le HCR et ses partenaires continueront d'appuyer le Gouvernement de la RDC dans la limite de ses ressources, et appelle tous les autres acteurs humanitaires à apporter leur soutien dans leurs domaines de compétence », a ajouté Marie-Hélène Verney.

Dès ce mercredi, un premier convoi de ménages vulnérables qui habitaient dans des hangars communautaires au site de l’Hôpital Général, a pu être relocalisé vers Kigonze. Ils bénéficieront, de la part du HCR, des articles ménagers essentiels comme des couvertures, bidons, nattes, ainsi que des kits d’hygiène menstruelle pour les femmes et jeunes filles. Ce mouvement de relocalisation va se poursuivre au cours des semaines à venir.

Au début du mois de juin, une flambée de violences en Ituri avait contraint près de 360.000 personnes à se déplacer, principalement dans les territoires de Djugu, Irumu et Mahagi, portant le total des déplacés internes dans la Province à 1,2 million d’après OCHA. Parmi eux, 227.000 vivent dans 87 sites gérés par le HCR et OIM, tandis que la majorité loge dans des familles d’accueil, dans des communautés disposant déjà de faibles ressources.

Japhet Toko

Vidéo