Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

L’Organisation mondiale de la santé et le Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) organisent lundi 15 juillet prochain à Genève (Suisse), une réunion de « haut niveau » pour « mobiliser encore une fois la communauté internationale pour venir à bout de cette flambée d’Ebola en RDC ».

Ces assises seront présidées par le Tedros Adhanom Ghebreysus, le Directeur général de l’OMS et Mark Lowcock, le chef des affaires humanitaires de l’ONU, Dr. Oly Ilunga, le ministre congolais de la santé prendre également part à cette réunion mais aussi Rory Stewart, Secrétaire d’État au développement international du Royaume-Uni.

« Il est important d'organiser cette réunion et c’est bien d’écouter les acteurs sur place, notamment les autorités congolaises », a déclaré Fadela Chaib, porte-parole de l’OMS. L’OMS précise précise que la rencontre sera également l’occasion de parler « des ressources financières qui sont indispensables pour finir le travail ».

« C’est le moment de travailler encore une fois, de galvaniser encore une fois tous les efforts de la communauté internationale pour arriver à bout de cette flambée d’Ebola en RDC », a dit Mme Chaib.

Ibrahima Socé Fall, Directeur général adjoint de l’OMS chargé des interventions d’urgence actuellement à Béni et David Gressly, Coordonnateur des interventions d’urgence des Nations Unies pour la lutte contre Ebola, interviendront au cours de cette réunion par vidéoconférence depuis la RDC. M. Gressly, optimiste que l’épidémie sera vaincue, avait appelé à envisager d’ores-et-déjà à songer à la période post-maladie.

« Il y a une diminution mais pendant qu'il y a toujours au moins un cas, il y a un danger, une menace. On ne peut pas ralentir les efforts. On doit continuer jusqu'à la fin. Mais je suis optimiste qu'on va trouver la fin de cette épidémie. Ce n’est pas facile de dire quand mais je crois qu'on doit donner tous les efforts maintenant pour couvrir tous les territoires qui sont à risque et essayer de faire terminer cette épidémie. Mais une fois que cette épidémie est finie, il y aura toujours des effets. Il y a déjà des impacts sur le système de santé, d'éducation, un impact important sur le commerce aussi. Donc, on veut travailler avec les partenaires et le gouvernement pour trouver des solutions qui vont aider les populations, y compris ceux qui ont servi contre cette maladie. Il y a aussi la question des orphelins et beaucoup d'autres secteurs affectés. On doit avoir un plan bien intégré avec les efforts du gouvernement et ce que nous pouvons faire de notre côté avec les partenaires. Et on doit commencer les planifications pour ça dès maintenant », avait expliqué M. Gressly à l’issue d’une rencontre avec Carly Kasivita, gouverneur du Nord-Kivu à Goma.

L’épidémie qui a déjà fait plus de 1600 morts dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.