Catégorie
Image d'illustrations

Le matin de ce samedi 25 mai 2019, la population est descendue dans la rue pour marcher contre l’insécurité à Kananga. Les manifestants dénoncent notamment des tueries qui se répètent dans le chef-lieu de la province du Kasaï Central.

A l'entrée principale du bâtiment administratif de Kananga qui abrite les bureaux du gouverneur et de son adjoint, une centaine de manifestants font un sit-in. Ils portent avec eux une dépouille couverte encore des traces du sang. Il s’agit d’un homme tué par balle la nuit dernière lors d’une attaque armée contre deux églises au quartier Azda.

"Trop c'est trop ! Nous venons du quartier où des militaires sont entrés dans une église et ont tué notre frère. Nous avons amené le cadavre pour montrer aux autorités le bon travail qu'elles font", explique l’un des manifestants portant la civière sur laquelle gît le corps de la victime.

Pendant que les manifestants poursuivaient leur sit-in, en entonnant des chansons hostiles à la nouvelle administration provinciale, le cortège du gouverneur, Martin Kabuya, est arrivé sur place. Le nouveau gouverneur a dû s’entretenir avec l’un des manifestants pour se frayer un chemin jusqu’à son bureau.  Il a notamment promis de se rendre sur le lieu de l’incident.

L’attaque armée contre deux églises la nuit dernière au quartier Azda symbolise la recrudescence de l’insécurité dans la ville de Kananga. Une attaque qui a fait un mort et un blessé.

Sosthène Kambidi