Catégorie
Illustration/Les habitants du quartier Rwangoma à Beni en déplacement après la tuerie de cinq personnes par des combattants ADF

Dans la cité de Baraka, en territoire de Fizi (Sud-Kivu), les autorités annoncent l’arrivée, le week-end dernier, de plus de cinquante familles fuyant les violences communautaires dans les hauts plateaux. Ces familles sont enregistrées à Katanga qui est une commune rurale de la cité de Baraka.

Ces déplacés proviennent des villages de Kalingi et Mi'enge, Bilalombili, Tubwe Tubwe où leurs maisons ont été incendiées dans les territoires de Fizi et de Mwenga. Les violences qui ont éclaté, début mai, entre les communautés fuliru, bembe nyindu et banyamulenge ont provoqué les déplacements massifs de plusieurs personnes.

"Nous avons laissé tous nos biens qui ont été brûlés dans nos maisons. Nous n'avons ni à manger ni accès aux soins médicaux, et nous demandons au gouvernement et aux ONG humanitaires de nous venir en aide ", plaide Mukelelwa Bile Wa’osomba, qui a fui le village Kalingi et se trouve actuellement à Baraka.

La maire de la cité de Bakaka, Jacques M'mbucwa, a ordonné aux chefs de différents quartiers de parachever  l’enregistrement des déplacés. Mais aucune aide n’est envisagée pour l’instant.

D'autres milliers de déplacés sont signalés dans les villages Fusuku, Mulima Kichula, dans le moyen plateau, à Fizi-centre.

Les violences communautaires qui ravagent cette partie du pays ont déjà fait plusieurs morts mais aucun bilan précis n’est disponible.

Lubunga lavoix, à Baraka