Police

Lors de son allocution lundi 27 août au Conseil de sécurité, la représentante permanente adjointe de la France auprès des Nations unies, Anne Gueguen, a plaidé pour un processus électoral apaisé en République démocratique du Congo. Cela, d’après elle, doit se faire notamment par l’ouverture de l’espace politique et démocratique et le respect des libertés fondamentales.

Anne Gueguen estime que le respect des libertés fondamentales est indispensable pour créer un climat de confiance en vue d’assurer le bon déroulement du processus électoral.

«La France appelle le gouvernement congolais à lever l’interdiction générale de manifester et à libérer au plus vite les prisonniers politiques, conformément aux "mesures de décrispation" prévues par l’accord de la Saint Sylvestre justement rappelé à l’instant par Monseigneur Utembi », », a-t-elle dit.

Pour la France, l’alternance pacifique attendue à l’issue de la présidentielle prévue au de décembre, serait une occasion unique pour la RDC de s’engager durablement dans la voie de la paix et de la stabilité.

«Ces élections sont celles du peuple congolais. La France réaffirme son plein respect de la souveraineté de la RDC, et encourage le gouvernement à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir le bon déroulement du processus électoral, et la tenue d’élections libres, inclusives et transparentes, dans le respect du calendrier et de la Constitution », a ajouté la diplomate française.

Dans un rapport publié ce mardi 28 août 2018, Human Right (HRW) a dénoncé de nombreuses atteintes aux droits et libertés individuelles qui, d’après l’ONG des droits de l’homme, jalonnent le processus électoral en RDC.

Will Cleas Nlemvo

Catégorie