Constant Omari ne passera une deuxième nuit en détention. Après plusieurs heures d’audition, il a été remis en liberté. On ne sait pas encore si c’est une liberté conditionnelle. Par ailleurs, ses deux vice-présidents, Roger Bondembe et Théobald Binamungu, ainsi que Barthélemy Okito, secrétaire général aux Sports, sont encore au Parquet de Matete.

<strong>Contexte</strong>

Constant Omari et deux de ses vice-présidents et Barthélemy Okito, en garde à vue depuis hier, étaient entendus par le Parquet de Kinshasa-Matete tout l’après-midi de ce mercredi.

C’est un Constant Omari visiblement fatigué, non seulement par cette affaire, mais aussi par une longue période de convalescence, selon les membres de sa famille qui  avaient fait le déplacement  du parquet, qu’on a vu quelques minutes avant son audition.

Ces quatre dirigeants sportifs ont été interpellés hier vers 21h30' suite à une action menée par les inspecteurs judiciaires au service de Luzolo Bambi, conseiller spécial du Chef de l’Etat en matière de lutte contre la corruption et les blanchiments des capitaux.

Ils étaient "<em>entendus sur un présumé détournement d’environ un million de dollars américains</em>". Cette somme était demandée dans le cadre de l'organisation de quatre matches impliquant les équipes nationales de football.

Au niveau de la FECOFA, on soutient que cette somme n’est jamais arrivée dans les caisses de la Fédération.

&nbsp;

Catégorie