Breaking news

Journée mondiale du Sida : près de 150.000 enfants âgés de 0 à 9 ans ont été nouvellement infectés par le VIH en Afrique (UNICEF)
Mercredi 1 décembre 2021 - 14:01
Sida adolescents
Une mère de Mbarara, dans l'ouest de l'Ouganda, veille à ce que ses deux enfants reçoivent leurs médicaments pédiatriques contre le VIH/Ph. UNICEF

Le monde célèbre ce mercredi 1er décembre la journée internationale de lutte contre le VIH/Sida. A cette occasion, le Fonds des Nations pour l’enfance (UNICEF) a, dans un communiqué, alerté que près de 150.000 enfants âgés de 0 à 9 ans ont été nouvellement infectés par le VIH (en 2020) sur le continent africain, portant à plus d’un million le nombre total d’enfants séropositifs au sein de ce groupe d’âge.

Toujours d’après l’UNICEF, le même nombre de nouvelles infections a été constaté chez les adolescents âgés de 10 à 19 ans, portant leur total à 1,75 million de séropositifs.

Toutefois, l’organisme des Nations Unies précise que le taux annuel de nouvelles infections parmi les adolescents a diminué de 41 % depuis 2010 en Afrique de l’Est et australe, alors qu’au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les infections ont augmenté de 4 % durant la même période. 

« A moins d’intensifier les efforts pour remédier aux inégalités qui marquent l’épidémie de VIH, aujourd’hui exacerbées par la Covid-19, le nombre d’enfants séropositifs risque d’augmenter, ainsi que le nombre de ceux qui perdront leur combat face au sida », a déclaré Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF.

Selon le dernier rapport mondial sur le VIH et le sida, intitulé, « Aperçu mondial de l’épidémie », plus de 15 millions d’enfants ont perdu un ou deux de leurs parents en 2020. Mais à en croire l’UNICEF, si les enfants devenus orphelins en raison du sida représentent 10% de tous les orphelins dans le monde, 35% de l’ensemble des enfants sans parents vivent en Afrique subsaharienne.

« Reconstruire en mieux dans un monde post-pandémie implique de mettre en œuvre des ripostes au VIH fondées sur des données probantes, axées sur les populations, résilientes, durables et, par-dessus tout, équitables », a ajouté Henrietta Fore.

Il sied de noter que selon l’UNICEF, les confinements ont contribué à « la hausse des taux d’infection en raison des flambées de violence liée au genre, de l’accès limité aux soins de suivi et des ruptures de stock des produits de base ».

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une