Catégorie
Photo droits tiers

Proclamé député national par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Jean Goubald Kalala ne siègera pas à l’Assemblée nationale. Il va devoir céder ce siège de la circonscription de Mont-Amba au ministre FCC Pierre Kangudia Mbayi, selon l’arrêt rendu par la Cour constitutionnelle, ce vendredi 7 juin. L’onde de choc n’a pas tardé à se propager provoquant une vague d’inquiétude auprès des artistes.

« Jean Goubald, c’est quelqu’un de bien, un artiste de grande valeur. Nous pensons qu’il a réellement été élu. On est tous déçus. Il pouvait et il voulait défendre la cause de la culture au parlement », a dit à ACTUALITE.CD Paul Ngoie Le Perc, coordonnateur du Collectif des artistes et des culturels (CAC).

Comme beaucoup de ses collègues, il pense que cette invalidation ne relève pas de la justice : « Nous avons appris que l’argent a circulé depuis longtemps ».

Il pense également que les artistes qui se sont engagés dans cette bataille électorale ont été victimes d’un combat politique qui se passe souvent « en dessous de la ceinture ».

« Nous avons défendu et porté les nôtres qui étaient candidats. Nous croyons aussi que Lexxus Legal a été élu », a-t-il ajouté.

Paul Ngoie Le Perc craint également pour ses autres collègues dont le chanteur Paul Balenza et le promoteur culturel Ados Ndombasi.

« C’est une grande crainte. A l’allure où vont les choses, on risque de voir Ados Ndombasi ou encore Paul Balenza subir le même sort. Ces gens se disent que les opérateurs culturels sont peut-être les maillons faibles et qu’ils ne dépendent pas vraiment des regroupements politiques. C’est une grande crainte », a-t-il déclaré à ACTUALITE.CD