Catégorie
Photo ACTUALITE.CD

Les militants du mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA) manifestent une fois de plus, ce jeudi 16 mai, devant les bureaux de Airtel à Goma (Nord-Kivu). Ils exigent une meilleure qualité des services de communication et un alignement des coûts sur le pouvoir d’achat du Congolais moyen.

« Nous continuons à demander à Airtel de conformer ses prix à la vie socio-économique du Congolais. Il doit également améliorer ses services. Moi, personnellement, ça m'affecte, surtout quand on est au-delà de 19 heures, je ne sais pas communiquer avec les miens. La connexion est mauvaise », témoigne Sankara Bin Katumw, un militant de la LUCHA vivant avec handicap, assis dans son fauteuil roulant aux côtés d'autres manifestants.

Vendredi dernier, au moins 11 militants de la LUCHA avaient été blessés au cours de l’intervention musclée de la police.

« Je ne crains pas la répression de la police. Nous sommes habitués », ajoute, déterminé, Sankara.

« Nous pensons que le président de la République veille que sa promesse de ne plus réprimer les manifestations pacifiques soit respectée. S'ils osent une fois de plus nous réprimer, nous allons porter plainte contre eux », avertit Ghislain Muhiwa, un autre militant de la LUCHA.

Lire aussi : Goma : BCNUDH,  ACAJ, ambassades, députés condamnent la brutalité de la police qui est « en contradiction avec l’esprit de changement »

Espoir
PH. Jonathan Kombi

Pendant que les militants sont en sit-in, Airtel annonce, à travers une forte mobilisation animée par des comédiens de la place, l'arrivée de la 4G+.  Airtel demande à ses clients de venir changer leurs sims et récupérer celles qui sont adaptées à la 4G+.

« Cela prouve à suffisance que Airtel a compris le sens de notre lutte. Mais nous ne demandons pas qu’internet. Et puis, tous les Congolais n'ont pas accès à internet. Nous voulons donc rencontrer les responsables de Airtel pour parler d'autres préoccupations combien vitales pour nos compatriotes. Airtel money, le prix des unités, de la connexion, la question des kidnappings et autres. Et s'ils ne nous reçoivent pas, nous allons passer la nuit ici », explique Bienvenu Matumo, également militant de la LUCHA.

Il s'agit d'un troisième sit-in organisé par la LUCHA devant le siège provincial de Airtel en moins d'un mois. Ce jeudi, l’opérateur de télécommunication a renforcé le dispositif sécuritaire en augmentant le nombre d’agents commis au gardiennage de son bâtiment.

Jonathan Kombi, à Goma