Kinshasa: atelier d'élaboration du rapport exceptionnel sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes

Photo/ Droits tiers
Photo/ Droits tiers

Le gouvernement de la RDC, à travers le ministère du Genre, Famille et Enfant en partenariat avec IPAS RDC, a organisé du 22 au 23 mai à l’hôtel royal de Kinshasa, les travaux de rédaction du rapport pays à titre exceptionnel de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard de la femme (CEDF). 

L’objectif était d’amener les différentes parties prenantes à présenter les réalisations accomplies par la RDC dans cette lutte, en identifiant les progrès et les défis relatifs à toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et à répondre à la liste de points et de questions établie par le Comité sur l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes avant la soumission du rapport de la République démocratique du Congo.

"Ces deux journées de travail ont également été l’occasion pour Ipas de saluer l’engagement continue du gouvernement de la RDC, au travers du ministère du genre, famille et enfant qui n’a pas relâché ses efforts pour la mise en œuvre effective de cette convention qui se penche de manière profonde et spécifique sur une égalité réelle des hommes et des femmes, dans l’exercice de leurs droits fondamentaux" a déclaré Jean Claude Mulunda, directeur pays de Ipas, avant de saluer le travail de toutes les parties prenantes, de la société civile, des jeunes et des partenaires internationaux dans les efforts pour mettre fin à toutes les formes de discrimination à l’égards de la femme, et garantir son plein épanouissement.

Les points et questions traités lors de cette activité ont principalement tourné autour des thématiques politique, sécuritaire et humanitaire, ainsi que judiciaire de lutte contre l'impunité.

IPAS RDC, en tant que partenaire technique du gouvernement dans cette lutte, se fixe comme vision de contribuer à l’avènement d’une RDC où chaque femme et chaque jeune fille a le droit, le pouvoir et les capacités d’agir en faveur de sa santé reproductive, de son éducation et de sa profession, gage de son autonomisation. 

Au cours de ces 5 dernières années, Ipas a accompagné le gouvernement congolais à travers le ministère du genre, famille et enfant afin de garantir à la femme et à la jeune fille la jouissance de ses droits, y compris les droits sexuels et reproductifs. Notamment :

Le droit d’accéder aux services de santé tels que la contraception et l’avortement sécurisés, le droit de décider librement si elle veut avoir des enfants, le nombre et le moment.

Au-delà du plein respect et de la pleine jouissance de ces droits, a précisé Jean-Claude Mulunda, Ipas a également collaboré avec le ministère du genre afin d’assurer aux femmes et jeunes filles un environnement rassurant, sans aucune forme de discrimination, de stigmatisation, moins encore de violence et d’inégalités basées sur le genre.

Nancy Clémence Tshimueneka