RDC : les candidates députées s'engagent à remporter les élections à tous les niveaux 

Photo/ Droits tiers
Photo/ Droits tiers

Les élections générales en RDC sont prévues le 20 décembre. Selon le cadre permanent de concertation de la femme congolaise (CAFCO), les candidatures féminines représentent 7 % pour la législature nationale, 25 % pour la députation provinciale et 7 % pour la présidentielle.

Malgré ce faible taux de participation, les candidates députées de Kinshasa sont déterminées à remporter les élections à tous les niveaux.

Pour y arriver, Nahomie Mbangu, candidate députée provinciale dans la commune de Kimbanseke et nationale dans la circonscription de Tshangu, a mis en place une cellule de communication visant à faire passer la population d'une culture politique paroissiale à une culture politique de participation.

"Certes, il ne sera pas facile de remporter ces élections, mais ce n'est pas impossible. Nous sommes conscients de l'afflux des candidats pour ce processus électoral en cours. Pour arriver à la victoire, nous avons déjà mis en place des stratégies de sensibilisation (du porte à porte) pour un meilleur éveil de conscience de nos électeurs. Nous avons mis aussi en place une cellule de communication qui vise à faire passer la population d'une culture politique paroissiale à une culture politique de participation, une stratégie que nous allons expliquer lors de nos différentes descentes sur le terrain pendant la campagne électorale."

Et de poursuivre :

"Peu importe le nombre de candidats cette année, je suis très heureuse de savoir qu'il y a un nombre important de femmes qui sont en course. Cela prouve que cette année est une année de correction politique où la RDC va connaître un vent nouveau avec des femmes qui maîtrisent avec lucidité les notions de la Res publica, qui savent faire la différence entre les actions sociales et le rôle primordial d'un député, pour le retour à une maturité électorale élevée."

De son côté, Deodate Mbula Wani, candidate députée provinciale dans la commune de Kisenso, compte sur sa base électorale installée dans chaque quartier de Kisenso pour affronter ces élections.

"Pour les échéances électorales à venir, nous n'avons rien à craindre parce que les femmes seront massivement élues. » Pour arriver à cette victoire, avec mon équipe, nous avons instauré un système de représentativité dans chaque quartier de Kisenso. On a au moins un leader sur chaque avenue que composent les différents quartiers. On a aussi mis en place un bon nombre de témoins pour veiller à ce qu'aucune voix ne nous soit enlevée consciemment ou inconsciemment lors des votes. Troisièmement, nous allons battre une campagne de proximité, placer nos affiches sur les grandes artères pour assurer notre visibilité, et plusieurs autres stratégies seront dévoilées lors de notre campagne électorale."   Grâce Mabiala et Eko Anta Mireille, respectivement candidate députée provinciale dans la commune de Masina et candidate députée nationale dans la circonscription de Lukunga, comptent quant à elles sur leurs projets de société axés sur l'éducation, la santé, le social des congolais, et surtout l'autonomisation de la femme, et certaines autres stratégies qui seront développées lors de la campagne pour convaincre leur électorat et remporter les élections.

La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) continue de suivre au pied de la lettre son calendrier pour offrir aux peuples congolais son 4e cycle électoral.

À 10 jours du lancement officiel de la campagne, le Président de la CENI, Denis Kadima, séjourne à Séoul en Corée du Sud, depuis le 6 novembre 2023, pour suivre la finalisation de la production du matériel électoral commandé à la société coréenne Miru System pour les élections du 20 décembre.

Nancy Clémence Tshimueneka