RDC- processus électorale apaisé : Voix de leadership des femmes (VLF) échange avec les femmes leaders

Photo/ Actualité.cd
Photo/ Actualité.cd

Voix et Leadership des Femmes (VLF) a organisé un dîner d'échange ce jeudi 9 novembre à Kinshasa en faveur des femmes leaders de la République Démocratique du Congo. L'objectif était d'analyser la situation politique afin d'identifier les obstacles et les défis pour les élections apaisées, proposer des stratégies devant permettre de relever ces défis et proposer des recommandations.   La Ministre du Genre, Famille et Enfants qui a ouvert ces assises a rappelé l'importance d'impliquer les femmes pour un processus électoral apaisé.

"Les Congolaises représentent 52 % de la population et constituent l'électorat majeur. Elles ont un rôle important à jouer dans le processus électoral. La prise en compte de l'aspect genre dans la planification du processus électoral, ainsi que dans la définition du plan de sécurisation des élections, s'avèrent indispensables en vue de garantir aux femmes, autant qu'aux hommes et même à toute la population, un exercice démocratique paisible," a déclaré la ministre Mirelle Masangu Bibi Muloko.

Pour sa part, Madeleine Kalala, Présidente du Groupe VLF, a insisté sur le fait que "les femmes ont eu affaire à des violences physiques, morales et verbales et que si nous allons vers les élections de cette manière, elles ne peuvent pas être apaisées, raison pour laquelle, il faut dire aux femmes que c'est vrai qu'il existe des violences, mais il vaut mieux rester soi-même et utiliser le langage habituel. Ne faites pas le jeu de la violence en répliquant de la même manière par de la violence dans notre pays. Ce problème a assez duré et il ne peut être résolu que par l'éducation."

Faisant partie des participantes, Hélène Ndombe Sita, Ministre Honoraire de l'économie, a appelé les femmes candidates à prôner des messages de paix. 

"Quand vous rencontrez votre base, il faut avoir un langage de paix, de réconciliation et d'amour, n'allez pas prêcher la guerre ou la violence. La femme a toujours été sensible et douce, elle est toujours intervenue pour que la paix règne. Je n'ai jamais vu une femme être seigneur de guerre. Nous déplorons la guerre à l'Est. Ce sont les femmes qui payent le premier prix et je ne vois pas comment une femme qui subit de la violence peut prôner la violence, au contraire elle apaise et demande aux autorités de mettre fin à la guerre pour qu'elle puisse vaquer à son occupation. Quant aux élections, je pense que la femme doit se battre, elle doit affronter la base et expliquer pourquoi elle veut être élue et ce qu'elle compte faire pour sa base," a-t-elle soutenu.

Cette activité a connu la participation de la conseillère du chef de l'État en matière de violence sexuelle basée sur le genre, des femmes ministres honoraires, des femmes députés nationales et des femmes de la société civile. 

Le projet Voix et Leadership des Femmes en RDC (VLF) financé par les Affaires mondiales Canada et mis en œuvre par le Centre Carter a pour objectif de promouvoir les droits fondamentaux des femmes et le progrès de l'égalité entre les sexes en R.D. Congo.

Grâce Guka