Breaking news

Procès Chebeya : selon l'avocate de la partie civile, « la mission des prévenus était top secrète, ils devaient tuer Chebeya et Bazana »
Jeudi 14 octobre 2021 - 07:52
Photo d'illustration/droits tiers

L'instruction de l'affaire de l'assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana s'est ouverte ce mercredi 13 octobre à la Haute Cour militaire siégeant à la prison militaire de Ndolo en audience foraine. D'après les informations rapportées à ACTUALITE.CD par l'avocate de la partie civile, le prévenu Jacques Mugabo a, au cours de l'audience, confirmé sa participation dans l'assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana.  Toujours selon ce conseil, Jacques Mugabo a affirmé avoir été invité aux bureaux de la Police où il a reçu un téléphone et une carte sim neuve et il lui a été demandé de tuer Floribert Chebeya et Fidèle Bazana.

« Il a dit qu'il était appelé à l'état-major général de la police, et là, il a dit qu'on le faisait attendre. Il y avait un travail à faire jusque tard le soir, on lui a donné un téléphone neuf et une sim neuve, on lui a demandé d'appeler certaines personnes, et les personnes qu'il a appelées sont celles avec qui il a exécuté la mission. On leur a dit que la mission était top secrète, il devait tuer Bazana et Chebeya. On leur a montré Bazana au travers des vitres, vers 22 heures. On les a appelés, on leur a présenté Chebeya pour dire qu'ils devraient tuer ces deux-là. Ils sont partis à Mitendi, c'est là qu'ils les ont tués et ils l’ont [Bazana) enterré là-bas, dans un trou qu'ils ont trouvé déjà creusé », a expliqué à ACTUALITE.CD l'avocate de la partie civile, Marie-Louise Okako.

L’ONG La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV), la structure dont Floribert Chebeya était directeur, a salué la reprise du procès et a exhorté « la haute cour militaire à contribuer positivement à la lutte contre l’impunité des crimes touchant les défenseurs des droits humains en République Démocratique du Congo ».

Floribert Chebeya avait été convoqué le 1er juin 2010 à l'Inspection générale de la police à Kinshasa pour rencontrer son responsable, le Général John Numbi, selon plusieurs témoignages. Son corps avait été retrouvé le lendemain dans sa voiture, les poignets portant des traces de menottes à Mitende, dans la périphérie ouest de Kinshasa. Celui de son chauffeur Fidèle Bazana n'a jamais été retrouvé.

Ivan Kasongo

 

 

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une