Breaking news

RDC : « les stéréotypes, l'électricité et le coût de l'Internet », défis de l'épanouissement des jeunes filles congolaises dans les TIC 
Vendredi 23 avril 2021 - 18:39
RDC : « les stéréotypes, l'électricité et le coût de l'Internet », défis de l'épanouissement des jeunes filles congolaises dans les TIC 

Les Ambassades du Royaume de Belgique et du Canada en République Démocratique du Congo ont organisé le 22 avril, une matinée d'échanges sur la place des jeunes filles dans le secteur des Technologies de l'information et de la Communication. Élèves, étudiantes, développeuses, porteuses des projets et autres invités ont débattu autour de cette problématique avant de proposer des solutions face aux différents défis. 

En effet, selon l’UNESCO, seuls 35% d'étudiantes dans le monde, évoluent dans les domaines liés aux STEM (Sciences, Technologie, Ingénierie et Mathématiques). Et seulement 3% d'entre elles, s'orientent particulièrement vers les technologies de l'information et de la communication. Or, explique  le diplomate belge Johan Indekeu, « à la faveur de l'innovation sans cesse croissante et de leur utilisation grandissante, les emplois liés au secteur des TIC ou utilisant les TIC s'imposent de plus en plus comme étant les emplois du futur. Dans le contexte actuel, marqué par la Covid-19, l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) affirme que la demande des compétences numériques a été accélérée. Il s’agit d’un virage irréversible, que les économies et les marchés de l’emploi sont en train de connaître et pour lesquels nous ne devrions laisser personne derrière (…) ». 

Il a par ailleurs indiqué que la Belgique finance la création d'incubateurs, des centres de ressources multifonctionnelles dans les provinces de la Tshopo, du Sud-Ubangi et du Kasaï Oriental dans le cadre d’un programme de transmission avec le gouvernement de la RDC, ainsi qu’un autre projet à Kinshasa.  Et d’ajouter, « Comme les Nations Unies, nous pensons que si les adolescentes possèdent les compétences telles que l’ingénierie, la programmation informatique, la technologie, la robotique et autres, elles seront mieux équipées pour participer de manière égale et active à l’évolution de l'économies ainsi qu'au marché du travail." 

Pierre Laramée, diplomate canadien, a rappelé que la semaine dernière, il avait également participé à l’ouverture de la quatrième édition de la Chasse au trésor francophone, tenue au Campus numérique francophone de Kinshasa. Il a pu visiter les incubateurs sur les métiers du numérique où des jeunes filles étaient en pleine action. 

En effet, poursuit-il, « toutes les jeunes filles de la RDC ont un avenir plein de promesses pour une nouvelle génération de femme. Au Canada également, les modèles féminins dans le métier ont été traditionnellement limités. Mais de plus en plus les femmes brisent les barrières. Spécifiquement entre 2013 et 2018, le nombre d’inscriptions des filles aux baccalauréats en TIC a doublé jusqu’à atteindre un taux de 41%. J’espère que ceci saura vous stimuler et vous dire qu’ailleurs dans le monde, on rencontre aussi les mêmes défis mais que ces défis sont surmontables (…).  Jeunes filles, nous sommes ici pour vous, pour vous encourager à rêver et à travailler pour réussir vos rêves ». 

Au sujet des opportunités qu’offrent le numérique, Joujou Iléo, responsable des ressources humaines chez Airtel signale que les jeunes femmes ont aujourd’hui la possibilité d’acquérir certaines compétences à travers des formations en ligne.  « Le numérique nous a offert l’opportunité de travailler à distance, de nous former et former les autres. Aucun secteur n’évolue actuellement sans l’apport du numérique.  Nous ne sommes plus à une époque où il fallait absolument aller à l'université pour se former. Le numérique comble à ce besoin » 

Témoin des opportunités  qu'offrent les nouvelles technologies, Lisette Ntumba, diplômée en Math Info de l’Université de Kinshasa, a non seulement parlé des préjugés dont elle est victime  pour avoir choisi une filière des Sciences, mais elle a également évoqué les opportunités dont elle a pu bénéficier grâce au numérique. Il s’agit notamment des formations à distance à Open Classroom, et son adhésion à la communauté des blogueurs congolais Habari RDC.  Lisette Ntumba a aussi produit un documentaire ''ROBE DE PIXELS'' qui découle de ses recherches sur les causes de la sous-représentation des filles et des femmes congolaises dans les STEM. Le documentaire retrace le parcours des filles et des femmes congolaises inspirantes dans le STEM et qui évoluent malgré les préjugés et les difficultés qui se dressent contre elles. 

 

Les jeunes filles, élèves de l’école Liziba et du Lycée Motema Mpiko ont soulevé ce qu’elles considèrent comme frein à leur épanouissement dans le secteur des TIC. Absence de rôles modèles, problème d’électricité et de connexion à l’internet au niveau des écoles sont également cités. 

« Nos écoles ne sont pas suffisamment équipées en outils informatiques. Pour celles qui ont réussi à résoudre ce problème, il se pose également le problème de l'électricité. Nos choix sont limités par rapport à ce domaine. Au Lycée Motema Mpiko, nous connaissons ces difficultés depuis environ trois ans maintenant,» s’est plaint Gloria Humba, élève de la sixième année Math-Physique. 

Et d’ajouter, « Nous attendons du ministre de l’EPST de pouvoir apporter une solution à ces problèmes, on pourrait songer aux énergies renouvelables (les panneaux solaires seraient très efficaces) pour certains établissements et aussi en collaboration avec des entreprises de Télécommunication, songer à installer des systèmes Wifi qui permettraient à toutes les filles d’avoir accès à l’internet et aux écoles d’améliorer les cours d’informatique ». 

En ce qui concerne les rôles modèles, Mireille Mokeni, qui a travaillé en tant que chargée du département marketing chez Africell, a suggéré aux jeunes femmes de « devenir leurs propres modèles. » Car, soutient-elle, « quand on a des rêves, il faut également se donner les moyens de les réaliser. La détermination, la persévérance et le travail en sont le moteur ».

Pour clôturer la matinée, Chantal Yelu Mulop a également plaidé auprès du gouvernement congolais en faveur des écoles congolaises. La matinée a également été diffusée en direct sur les réseaux sociaux. Notamment, sur YouTube, Facebook et Twitter. C'est en marge de la Journée internationale des jeunes filles dans ce secteur, célébrée chaque quatrième  jeudi du mois d’avril qu’elle a été organisée.

Prisca Lokale

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une