Maniema : début ce mardi du procès en flagrance d'un militaire accusé meurtre à Kindu
Photo d'illustration/ACTUALITE.CD

Le Tribunal militaire de garnison de Kindu, chef-lieu de Maniema, a ouvert ce mardi le procès en flagrance contre un militaire commis à la garde du député provincial Édouard Moponga. Le prévenu, un militaire de première classe, est poursuivi pour 7 chefs d’accusation. Il s'agit de  violation de consigne, abandon de poste, dissipation des munitions, meurtre, tentative de meurtre, coups et blessures simple et aggravées.

Le Tribunal militaire de garnison de Kindu, a procédé à l’audition du prévenu Angu Zuka qui a plaidé non coupable.

« Je me suis retrouvé en danger et il fallait que je me défende. J’étais en face d’une foule enragée. Ils voulaient me ravir mon arme. Je ne pouvais pas le laisser faire. C’est pourquoi j’ai tiré plusieurs coups de sommation en l’air », se défend le soldat de première classe Angu Zuka.

Par ailleurs, le ministre public a requis la remise en liberté du militaire Bendera Émile, compagnon de service d'Agu Azuka.

Le tribunal militaire de garnison est descendu également à l’hôpital général de référence de Alunguli où les cinq blessés par balle sont internés.

Jusqu'à 19 heures locales  de Kindu, le procès était à l’étape de plaidoirie. La partie civile et la Défense ont insisté sur la remise [Ndlr : report à une audience ultérieure].

A lire aussi : Maniema : une ONG va initier une pétition contre le député provincial dont un garde du corps qui a ouvert le feu sur les civils à Kindu

Chadrack Londe, à Kindu

No front page content has been created yet.
Follow the User Guide to start building your site.

Dans la meme catégorie

Vidéo

A la une