Catégorie
Photo ACTUALITE.CD.

Après la polémique qui a suivi la déclaration du Président Félix Tshisekedi à Londres devant la diaspora sur la probabilité de dissoudre l’assemblée nationale et la réaction de la présidente de cette dernière, Jeanine Mabunda, Vital Kamerhe appellent la coalition à travailler pour la réalisation du programme du chef de l’Etat.

« Il y a de fois quand on a de l'or entre les mains, on commence à chercher la braise de l'autre côté. Nous avons le pouvoir, comportons-nous comme les hommes du pouvoir. Nous n'avons plus le compte à demander à qui que ce soit, c'est nous qui devons rendre le compte. J'ai comme l'impression que certains d'entre nous, continuent à demander de compte, non. Nous devons travailler pour que le programme du président de la république et ses promesses soient appliqués », a déclaré à ACTUALITE.CD, Vital Kamerhe.

Il appelle également à la préservation de la coalition FCC-CACH.

« Le style de gestion du président Tshisekedi est très intéressant. Il ne s'énerve pas mais décide de faire. (...) il est un homme de conviction, un gagnant qui a une psychologie de fer. Oui quelque part le président Félix Tshisekedi s'attendait-il aux difficultés avec le FCC. Nous nous découvrons en train de travailler ensemble, mais l'intelligence politique, la sagesse politique c'est la capacité de surmonter tout cela. Nous devons savoir que, c'est arrivé, ça arrivera et après deux ans ça va se stabiliser. Mais ne lâchons pas prise parce que, les gens guettent et souhaitent cela. Ils veulent que, Félix Tshisekedi se sépare avec Vital Kamerhe, avec Kabila. Le CACH avec le FCC, mais de part et d'autres il y a des aigris. Il y a des gens qui voulaient devenir ministre ou je ne sais pas quoi, ils les sont pas et peuvent se disent que si on recommence à zéro, j'aurai ma chance et à ces gens là du FCC comme du CACH, je dis ceci, faisons attention », a-t-il dit.

Le FCC de l’ancien président Kabila et le CACH de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe ont coalisé pour diriger le pays après les élections de décembre 2018. Cette coalition qui est une première expérience est secouée par de multiples tensions. Les positions des uns et autres sur certains sujets aboutissent souvent aux réactions musclées des deux camps. On assiste par moment à des affrontements de la rue et à la destruction méchantes, comme c’est fut le cas, à Kolwezi avec les effigies de Tshisekedi et Kabila brûlées.

Fonseca Mansianga

 

Vidéo